•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Andrée Gill, ses conseils d’écriture et son amour pour Céline

Chargement de l’image

Marie-Andrée Gill est juge au Prix de poésie Radio-Canada 2022.

Photo : Sophie Gagnon-Bergeron

Radio-Canada

« Qu’est-ce qui t’a menée à la poésie? », ai-je demandé à Marie-Andrée Gill, dont le troisième et dernier recueil, Chauffer le dehors, est paru en 2019. « Un intérêt envers les mots, envers tous les trucs qui me faisaient éclater le cerveau », m’a-t-elle répondu. Au contraire des détracteurs de la poésie qui jugent le genre trop hermétique, c’est justement ce qui, elle, la charme : devoir décortiquer l'œuvre pour comprendre sa beauté. Entrevue avec la poète et juge de notre prix de poésie.

Propos recueillis par Mylène Gagnon

Sur quoi travailles-tu en ce moment?

Je suis en résidence d’écriture à Chicoutimi. J’ai fait une suite poétique qui s’appelle Céline monte dans le bois. J’ai découpé la biographie de Céline Dion pour faire des poèmes avec des mots pris dans sa biographie. Au lieu que ce soit Céline qui part de Charlemagne et qui s’en va à Las Vegas, ma Céline part de la grande ville avec René et s’en retourne dans le bois.

As-tu un rituel d’écriture?

J’ai toujours un cahier sur moi. Je note tout ce que je trouve beau, tout ce que je trouve drôle. Je note des mots que je trouve qui flashent ensemble. Mes camarades me disent souvent qu’un jour, ils vont voir une de leurs citations quelque part.

Quel conseil donnerais-tu à un aspirant ou une aspirante poète?

Si tu as un doute, si tu penses que ce que tu as à dire tu n’es pas sûr, c’est gênant, trop intime, ça prouve que tu es à la bonne place et que c’est de ça qu'il faut que tu parles.

Comme juge, comment un texte va-t-il se démarquer?

Il y a un mélange d’originalité du langage. Mais en même temps, cette originalité-là peut être d'une simplicité totale. J’aime ça être surprise par la forme, par le sujet, par le rythme aussi. C’est dur de s’attendre à quelque chose d’un poème, parce que c’est l’émotion que ça va me faire vivre qui importe. À la première lecture, je le sais.

Le mois prochain, c’est l’initiative En juin, je lis autochtone. Quelle lecture recommandes-tu?

J’ai beaucoup aimé dernièrement La vallée des fleurs de Niviaq Korneliussen, une autrice inuk. C’est super fort, elle aborde vraiment de front dans ce livre-là le suicide, la perte de repères, la perte identitaire. C’est écrit d’une façon tellement crue et vraie.

L’exposition Céline monte dans les bois est présentée du 20 mai au 10 juin à la galerie du LOBE à Chicoutimi.

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles et poèmes inédits soumis au concours.

Vous écrivez des poèmes? Envoyez-nous vos textes inédits d’ici le 31 mai 2022!

Prix de la nouvelle inscrivez-vous maintenant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !