•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de logements : le plan du gouvernement ne convainc pas dans l’Est-du-Québec

Chargement de l’image

Partout dans l'Est-du-Québec, très peu de logements sont disponibles.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix-Villeneuve

Radio-Canada

Les acteurs de l’Est-du-Québec ne sont pas convaincus que la mise en place d’un plan d’action, annoncé par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec, Andrée Laforest, jeudi, pourra résoudre la pénurie de logements qui sévit actuellement.

Québec consacre une enveloppe de 77 millions de dollars pour accompagner les ménages québécois qui déménagent le 1er juillet. Une grande partie de cette somme, près de 75,8 millions de dollars, est réservée au programme Supplément au loyer. Cette subvention permettra à 2200 ménages de payer un loyer équivalent à 25 % de leurs revenus.

Dans son plan, Québec a annoncé aussi la bonification de son programme Allocation-logement, destiné aux locataires. L’aide financière maximale passera de 80 $ à 100 $ par mois. Dans les prochains mois, le montant maximal mensuel va grimper à 150 $.

Le maire de Gaspé et président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), Daniel Côté, considère que l’aide du gouvernement est la bienvenue. C’est le strict minimum : avoir un logement décent, de qualité, accessible. Mais c’est tout un défi, considérant la croissance économique qu’on connaît et la pression que ça crée sur l’industrie du logement actuellement, assure l'élu.

Chargement de l’image

Pour Daniel Côté, l'aide du gouvernement est une bonne nouvelle par rapport à la pression que subit l'industrie du logement (archives).

Photo : Radio-Canada

Il soutient que le travail d’accompagnement des familles se joue aussi localement. On va travailler avec notre Office municipal d’habitation, comme on a fait les dernières années aussi, pour s’assurer que personne ne se retrouve à la rue, ajoute l’élu de Gaspé.

Partout au Québec, les taux d’inoccupation des logements sont historiquement bas depuis un moment déjà. En avril, la ministre Laforest a reconnu qu’il y avait bel et bien une pénurie de logements au Québec.

L'annonce de Québec aujourd'hui est une étape importante selon Patrick Desbiens, codirecteur et intervenant à la Maison Oxygène Gens du Nord, à Baie-Comeau, qui accueille des pères et des enfants. Le défi qu’on rencontre c’est la recherche de logement pour les pères et les enfants. (...) Là, maintenant, avec la pandémie, l’inflation, la pénurie de logements, ça met un peu de pression supplémentaire, décrit-il.

Chargement de l’image

Selon Patrick Desbiens, l'aide de Québec est insuffisante puisque les besoins ont explosé dans les dernières années.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Pour Patrick Desbiens, les effets collatéraux de la pandémie, comme les séparations de couple, ont accentué la pression sur les organismes comme sur le parc de logementse s disponible. L'aide annoncée par le gouvernement demeure insuffisante par rapport aux besoins.

Quand on regarde la plupart des organismes qui interviennent soit en itinérance soit en prévention en itinérance, comme la Maison Oxygène, ils sont un peu tous sous respiratoire artificiel, parce que les besoins ont explosé dans les dernières années, assure-t-il.

Depuis cet automne, la Maison Oxygène enregistre trois fois plus de demandes d’aides qu’avant le début de la pandémie.

Un manque de solutions sur le long terme

L’aide du gouvernement n’est pas une réponse au problème de logement à long terme, considère Alexandre Cadieux, intervenant communautaire au Comité logement Bas-Saint-Laurent.

En théorie, ce modèle-là peut être un bon outil d’urgence. Mais ce n’est pas quelque chose d'intéressant sur le long terme. Parce qu’un moment donné c’est de l’argent public qui est dépensé et qui va dans les poches de propriétaires privés sans qu’on soit en train de structurer un parc de logements réellement abordables sur le long terme, regrette-t-il.

Chargement de l’image

Alexandre Cadieux estime que l'aide du gouvernement n’est pas une réponse au problème de logement à long terme (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

À court terme, le gouvernement a annoncé que la Société d’habitation du Québec (SHQ) offrira une aide téléphonique, tous les jours de la semaine, du 18 juin au 18 juillet pour accompagner les personnes dans la recherche d’un nouveau logement.

S'il y a des demandes, des préoccupations, s'il arrive quelque chose en particulier que ce soit le soir, la fin de semaine, ben qu'on puisse réagir pour écouter les besoins et tenter de participer à la solution pour aider les gens, résume Guy Berthe, président du conseil d'administration de l'office municipal d'habitation de Sept-Îles.

Il rappelle que les personnes qui souhaitent avoir de l’aide dans la recherche d’un logement peuvent contacter l’office de l’habitation de leur région.

Avec les informations de Camille Lacroix et Djavan Habel-Thurton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !