•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une intervenante spécialisée en violence conjugale aidera les policiers de Saguenay

Une femme pose devant la caméra.

L’intervenante spécialisée en violence conjugale Josyanne Larouche interviendra directement auprès des contrevenants.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Radio-Canada

Afin d’améliorer les interventions en matière de violence conjugale, le Service de police de Saguenay (SPS) a recruté une nouvelle intervenante spécialisée dans ce domaine.

Mon rôle va vraiment être dédié aux gens qui commettent des gestes de violence. Je vais tenter de les orienter vers les ressources disponibles à Saguenay pour qu'ils aillent chercher de l'aide, pour qu'ils cheminent, pour qu'ils se fassent traiter, explique alors Josyanne Larouche.

Mme Larouche est en poste depuis déjà quelques semaines. Elle fera aussi beaucoup de sensibilisation pour éviter que de tels événements se produisent.

On va faire beaucoup de prévention, dit-elle. Je fais aussi beaucoup de contacts avec des familles, des gens qui demandent des conseils. L’intervenante précise que plusieurs personnes l’ont sollicitée pour des proches qui pourraient se trouver dans cette situation.

C'est vraiment un service à la population, renchérit-elle.

Une rencontre a eu lieu jeudi avec plusieurs organismes afin de créer de meilleurs canaux de communication entre les différentes organisations.

Chargement de l’image

Une rencontre a eu lieu avec plusieurs organismes afin d’établir un premier contact.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Avoir quelqu'un qui arrive un peu plus tôt dans la chaîne de service, c'est vraiment quelque chose de bénéfique pour nous parce qu'on va pouvoir justement prévenir des événements tragiques, mentionne la coordonnatrice clinique de l’Association canadienne pour la santé mentale Lise Lantagne.

C'est sûr que ça va faciliter encore plus le travail de référence, le partenariat, et éclaircir des questionnements qu'on peut parfois avoir en lien avec la violence conjugale, ajoute la travailleuse du Service de travail de rue de Chicoutimi, Roxanne Gervais.

L'arrivée de cette nouvelle ressource est possible entre autres grâce au plan gouvernemental annoncé l'an dernier de 223 millions de dollars sur cinq ans pour lutter contre la violence conjugale et les féminicides.

Selon un reportage de Gabrielle Morissette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !