•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations à Hay River : la Première Nation K’atł’odeeche évalue les dégâts

Des bâtiments déplacés et des routes endommagées sur le territoire de la Première Nation K'atł'odeeche, aux Territoires du Nord-Ouest, le mercredi 18 mai 2022.

L'heure est à l'évaluation des dégâts sur le territoire de la Première Nation K'atł'odeeche.

Photo : Radio-Canada / Carla Ulrich

Radio-Canada

La levée des ordres d’évacuation à Hay River et sur le territoire de la Première Nation K'atł'odeeche marque le début des travaux de nettoyage et d’évaluation des dommages. Le retrait des eaux cède cependant le pas à une vague d’émotions, selon la chef de la Première Nation, April Martel.

Entre le cimetière inondé, les maisons déplacées et les routes endommagées, il y a beaucoup d’émotions [parce que] beaucoup de choses doivent être remplacées, explique April Martel.

Elle affirme que le coup le plus dur est l’inondation du cimetière. À l’heure de l’évaluation des dommages, elle compte rencontrer son équipe tant pour la reconstruction que la protection du lieu de sépulture contre une telle catastrophe à l’avenir.

C’est une priorité [...] il faut faire quelque chose pour le cimetière. C’est un lieu historique.

La chef de la Première Nation compte notamment sur l’aide aux sinistrés prévue par le gouvernement territorial pour soutenir les membres de sa Première Nation.

Des décisions difficiles

Le retour des habitants sur le territoire de la Première Nation marque aussi le lancement de discussions qui pourraient s’avérer difficiles entre les membres et avec des politiciens et des experts afin de décider quels sont les meilleurs moyens d’éviter de futures inondations.

April Martel rappelle que le fond de la rivière a déjà été dragué et que des embâcles ont déjà été enlevés à l’aide d’explosifs, mais que ces deux méthodes ont des conséquences sur l’environnement.

Une route endommagée par les inondations sur le territoire de la Première Nation K'atł'odeeche, aux Territoires du Nord-Ouest, le mercredi 18 mai 2022.

Les routes de la Première Nation K'atł'odeeche ont été endommagées et un cimetière a été inondé.

Photo : Radio-Canada / Carla Ulrich

April Martel dit également qu'elle a parlé avec le ministre des Affaires municipales et communautaires du territoire, Shane Thompson, et le député fédéral Michael McLeod du déplacement possible de maisons qui se trouvent sur des terrains plus bas. Elle s’inquiète toutefois de l’effet que pourrait avoir une telle mesure sur les résidents touchés.

Les gens sont bien dans leurs maisons. Nous pourrions les surélever, plutôt que de les déplacer vers des terrains en hauteur, souligne-t-elle.

Pour soutenir la communauté dans le processus décisionnel, April Martel compte consulter les aînés et les autres membres de la Première Nation qui ont connu les inondations de 1963.

Cette année-là, un embâcle a fait déborder la rivière Hay, qui a inondé l'île Vale et le village autochtone avoisinant, ce qui a entraîné l'évacuation complète de la communauté et un déplacement du développement immobilier vers des terrains plus élevés.

Je vais leur donner du temps pour se remettre, puis je vais les rassembler avec les responsables et les bénévoles pour leur demander leur avis, explique April Martel.

Entre-temps, la Première Nation a fait appel à une équipe d’experts en santé mentale afin d’aider ses membres à composer avec la charge émotionnelle liée aux inondations.

Avec les informations de Carla Ulrich

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !