•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault impose ses conditions pour prolonger la vie des vieilles cuves de Rio Tinto

François Legault devant un micro de Radio-Canada.

Le premier ministre du Québec est au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Julien Gagnon

Chargement de l’image

Le gouvernement du Québec pourrait donner une autorisation une fois de plus à Rio Tinto pour faire fonctionner ses vieilles cuves du Complexe Jonquière après 2025. Cette autorisation serait toutefois conditionnelle à des investissements dans la région.

Oui, il y a une ouverture à prolonger en autant qu’il y ait une solution confirmée pour la suite, a affirmé le premier ministre François Legault, en marge de l’annonce de son candidat dans Jonquière.

Les emplois liés à la vieille aluminerie de Jonquière, qui doit fermer normalement en 2025 pour des raisons environnementales, pourraient donc être sauvés. Selon François Legault, cette nouvelle permission permettrait à l'entreprise d'émettre des rejets polluants après le 31 décembre 2025.

« Nous, avant de faire des concessions sur la vieille usine, c’est de s’assurer que les nouvelles installations soient confirmées et qu’on aille de l’avant. »

— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

Québec se montre aussi favorable à investir avec la multinationale Rio Tinto pour produire de l'aluminium plus vert. François Legault a confirmé que des discussions sont en cours sur cette question avec l'entreprise et Hydro-Québec, mais que la teneur de celles-ci demeure confidentielle.

Selon le premier ministre, la conjoncture économique est favorable à un investissement, puisque les prix de l'aluminium sont très avantageux.

Il y a une volonté de la part de notre gouvernement d’investir avec Rio Tinto. Évidemment il y a des enjeux d’électricité. L’idée, c’est de protéger les emplois et, bien sûr, c’est d’augmenter le nombre d’emplois et développer l’aluminium vert.

Legault répète que GNL Québec ne verra pas le jour

Alors que deux candidats à la direction du Parti conservateur du Canada veulent relancer le projet Énergie Saguenay, le premier ministre a affirmé que rien ne lui ferait reconsidérer le projet de GNL Québec.

Il n'est pas question qu’on rouvre ce dossier-là, pour d’abord une question environnementale. Mais aussi, il y a une pénurie d’employés et j’aime 100 fois mieux travailler sur le dossier du développement de l’aluminium vert.

M. Legault a vanté d’autres projets industriels pour la région comme Métaux BlackRock. Il a aussi fait allusion à des projets discutés avec la mairesse de Saguenay, Julie Dufour, sans toutefois spécifier lesquels.

Chargement de l’image

Le premier ministre François Legault a visité l'hôtel de ville de Saguenay et a rencontré la mairesse Julie Dufour.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

La mairesse de Saguenay se dit d'ailleurs satisfaite de sa rencontre avec le premier ministre François Legault.

Elle a indiqué en entrevue que le dossier de la navigation maritime sur la rivière Saguenay figure dans ses priorités. Julie Dufour a rappelé que la Ville a déjà demandé 50 millions de dollars de subvention pour la zone industrialo-portuaire de La Baie.

Julie Dufour n'a pas voulu confirmer que l'une de ses promesses électorales, la construction d'un barrage sur la rivière Pikauba pour produire de l'électricité, ait fait l'objet de discussions avec François Legault. Mais ce dernier a évoqué ce projet en entrevue à l'émission C'est jamais pareil et indiqué qu'il entend demander à Hydro-Québec d'augmenter la production d'électricité au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !