•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle théorie sur les trous noirs

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2004 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'astrophysicien anglais Stephen Hawking revoit sa théorie sur les trous noirs. Il estime maintenant qu'ils ne détruisent pas tout ce qu'ils engloutissent et qu'ils peuvent rejeter de la matière et de l'énergie sous d'autres formes.

L'astrophysicien Stephen Hawking revoit sa théorie sur les trous noirs. Il estime maintenant que ces objets gardent leur contenu pendant une période indéterminée, mais qu'ils finissent par se détériorer et mourir.

Ils rejettent alors leur contenu transformé dans l'espace. Le chercheur estime ainsi que, si l'on attend suffisamment longtemps pour que le trou noir s'évapore, on pourrait, en principe, reconstruire l'information sur la matière initialement absorbée.

M.Hawking, âgé de 62 ans, soutenait, dans une théorie datant des années 70, que les trous noirs détruisaient toute trace de la matière et de l'énergie qu'ils consommaient. Il avait, à l'époque, évoqué la possibilité que la matière avalée par le trou noir soit propulsée dans un univers parallèle.

Les trous noirs sont constitués d'un centre extrêmement massif qui attire tous les objets de leur entourage. Tout corps qui pénètre à l'intérieur d'un certain périmètre, dit l'horizon, ne peut échapper à leur attraction. Cet horizon est le dernier lieu d'où la lumière peut nous parvenir.

Hawking, pratiquement paralysé et cloué sur une chaise roulante à cause d'une sclérose latérale amyotrophique, donne des conférences partout dans le monde. Il communique grâce à un système informatique et un synthétiseur vocal. Il devrait publier un article sur sa théorie le mois prochain.

Il a accédé à une notoriété internationale avec son livre Une brève histoire du temps, qui vulgarisait les aspects les plus complexes du fonctionnement de l'Univers.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.