•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chantel Moore : le jury à l’enquête du coroner conclut à un homicide

Le jury fait plusieurs recommandations, notamment une meilleure surveillance du recours à la force par la police.

Martha Martin porte un chapeau traditionnel.

La mère de Chantel Moore, Martha Martin, a dit que les quatre jours d'enquête de la coroner ont été très difficiles pour elle.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le jury à l'enquête du coroner sur la mort de Chantel Moore est arrivé à un verdict : la mort de la femme autochtone de 26 ans lors d'une intervention policière à Edmundston en 2020 est un homicide. Après quatre jours d'audiences, le jury a formulé plusieurs recommandations afin d'éviter qu'un drame semblable ne se reproduise.

À l'annonce de la cause de la mort, la mère de Chantel Moore, Martha Martin, a éclaté en sanglots. La mère a confié aux médias que les quatre jours d'audiences avaient été très difficiles pour elle.

Comme mère, c’est une des choses les plus difficiles qu’une personne peut vivre. Vous entendez chaque détail qui ont conduit à la mort de votre enfant, et vous entendez jusqu’au dernier moment que son souffle a été pris. C’est comme avoir son cœur brisé une deuxième fois, a-t-elle confié, la voix brisée par l'émotion.

Martha Martin avec un chapeau.

Martha Martin et sa mère, devant une photographie de Chantel Moore

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Martha Martin a entendu de nombreux détails, parfois très précis, concernant les derniers moments de la vie de sa fille, qui est morte le 4 juin 2020 sous les balles d'un policier d'Edmundston au Nouveau-Brunswick.

Nous avons des recommandations, et maintenant il est temps de commencer à agir sur ces recommandations, parce que si ce ne sont que des recommandations mises dans un fichier et laissées là, alors pourquoi les faire, a dit Martha Martin.

Le jury recommande d'établir des liens avec les Autochtones

Les cinq membres du jury recommandent que les services de police établissent davantage de liens avec les Premières Nations.

À titre d'exemple, le jury dit qu'il pourrait s'agir de trouver une personne qui assurerait la liaison entre les communautés autochtones et les services de police.

Femmes et hommes autochtones marchant derrière un drapeau.

La mère de Chantel Moore, Martha Martin, à gauche, lors de son entrée dans la salle où se déroule l'enquête de la coroner Caissy.

Photo : Radio-Canada

Le jury recommande aussi qu'une formation soit offerte aux policiers sur les réalités culturelles spécifiques aux Premières Nations.

Le jury insiste sur la formation des policiers

Les membres du jury ont repris à leur compte plusieurs des recommandations formulées par le policier à la retraite, qui est aujourd'hui consultant, Chris Butler.

Ils recommandent que les policiers reçoivent une formation supplémentaire en premiers soins. Ils recommandent aussi qu'ils soient formés en intervention dans des situations où une personne pourrait être en état de crise et en désescalade dans des situations critiques.

Chris Butler devant une entrée.

Les membres du jury ont repris plusieurs des recommandations formulées par Chris Butler, un ex-policier et consultant en interventions policières.

Photo : Radio-Canada

Les policiers devraient, selon le jury, recevoir des cours où seraient présentés des scénarios de situation stressante, où il importe de prendre des décisions rapidement.

Le jury estime nécessaire, aussi, de former les policiers sur les moyens à prendre pour prévoir les conséquences possibles d'une intervention, afin de ne pas se retrouver dans une situation où l'usage de l'arme à feu devient nécessaire.

Selon le jury, les policiers devraient avoir accès à des armes non mortelles, et les services de police devraient inclure dans les protocoles d'intervention l'obligation pour les policiers de s'identifier verbalement lorsqu'ils arrivent sur une scène.

Une agente d'enquête indépendante provinciale

Les membres du jury recommandent la création d’une agence indépendante qui enquêterait sur les cas où les policiers seraient impliqués dans des situations comme celle où Chantel Moore a perdu la vie. Ils estiment que le processus entourant leur implication devrait être clair et connu de tous les corps policiers du Nouveau-Brunswick.

Emily Caissy parle dans les micros.

La coroner Emily Caissy a répondu à quelques questions des médias, à l'issue de son enquête sur la mort de Chantel Moore.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Durant l’enquête publique, on en a entendu parler, de la GRC et du BEI, qu’il y avait eu de la confusion au moment de déterminer à qui allait revenir le devoir d’enquêter sur le décès, et je crois que le jury voulait juste que ce soit plus clair, explique la coroner Emily Caissy.

Avant la levée de son enquête, la coroner a invité le chef traditionnel Ron Tremblay à réciter une prière traditionnelle.

Le chef Allan Polchies dénonce le racisme au N.-B.

À la suite des conclusions de l'enquête, le chef Allan Polchies, de la Première Nation Sitansisk Wolastoqiyik, a insisté pour dire que les gouvernements, dont celui de Blaine Higgs au Nouveau-Brunswick, avaient la responsabilité d'agir pour que cesse le racisme envers les Autochtones.

Le racisme systémique est réel dans cette province du Nouveau-Brunswick, et nous avons besoin d’actions, nous avons besoin de justice, nous avons besoin de justice pour toutes les personnes, a-t-il affirmé.

Comment fonctionne une enquête du coroner

Dans le cadre d'une enquête du coroner, les décès peuvent être attribuables à des causes naturelles, à un accident, à un suicide ou à un homicide. Dans ce cas-ci, les jurés ont tranché en faveur d’un homicide.

Une enquête du coroner n’attribue aucune responsabilité juridique ni aucun blâme. Le jury peut toutefois faire des recommandations pour prévenir d’autres décès dans des circonstances similaires.

La coroner Emily Caissy a rappelé que les institutions visées par les recommandations avaient maintenant six mois pour répondre. Elle a toutefois souligné qu'aucune de ces institutions, qu'il s'agisse du gouvernement provincial ou des corps policiers, n'était tenue d'agir en fonction des recommandations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !