•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque de London : un an après, les crimes haineux continuent d’augmenter

Des panneaux commémoratifs et des fleurs sont plantés à l'endroit où la famille a été fauchée en 2021 par un camion-bélier.

La place commémorative de la famille Afzaal est toujours en cours de construction à London, en Ontario.

Photo : CBC / Travis Dolynny

Radio-Canada

À l'approche du premier anniversaire de l'attentat qui a tué quatre membres d'une famille musulmane de London, la police a publié de nouvelles statistiques qui illustrent une hausse des incidents et des crimes motivés par la haine.

61 cas ont été signalés à la police en 2019, 93 en 2020 et 146 en 2021, selon le rapport présenté jeudi devant commission des services de police. Du 1er janvier au 24 mars 2022, ce sont 26 cas qui ont été recensés.

Les données obtenues par CBC grâce à une demande d'accès à l'information montrent également que sept accusations liées à la haine ont été déposées entre janvier et mars 2022.

Depuis le début de la semaine, la police de London dit avoir déjà enquêté sur deux incidents, l'un concernant des graffitis racistes sur un terrain de jeu, l'autre portant sur la découverte d'une corde en forme de nœud coulant et de graffitis sur le chantier de construction Maple Leaf.

L'imam Aarij Anwer devant sa mosquée.

L'imam Aarij Anwer continue de recueillir des témoignages de victimes de racisme dans sa communauté.

Photo : CBC/Meagan Fitzpatrick

Cette recrudescence ne surprend pas Aarij Anwer, imam de la mosquée de London. Des anecdotes sur des incidents motivés par la haine lui sont parvenues de la part de membres de sa communauté.

C'est quelque chose que nous avons pressenti et, maintenant, les statistiques confirment notre intuition, nous en avons vu la pire manifestation le 6 juin, relève M. Anwer en faisant référence à l'attaque mortelle du 6 juin 2021 contre la famille Afzaal.

En dépit de leur hausse, ces incidents ne représentent qu'une très faible proportion de l'ensemble des crimes à London, selon le rapport qui se penche aussi sur les ramifications de grande envergure de tels actes.

« Leur nature est telle qu'ils ont souvent une portée mondiale. On ne peut nier l'impact qu'ils ont, non seulement sur une victime individuelle, mais aussi sur l'ensemble de la communauté. »

— Une citation de  Extrait du rapport

En 2021, les communautés de London qui ont connu le plus grand nombre de crimes et d'incidents haineux signalés sont les suivantes : les communautés noire, LGBTQ2+, musulmane, juive et du Moyen-Orient.

Selon le rapport, ces cinq groupes représentent 71 % de tous les crimes et incidents haineux signalés à la police de London.

Un système de signalement à améliorer

Selon M. Anwer, l'amélioration de la façon dont les crimes et les incidents motivés par la haine sont signalés à la police contribuerait grandement à les combattre.

Dans certains cas, les membres de sa communauté ont dû faire face à de longues attentes et à des retards de dépôt des rapports.

L'analyse de la police de London indique aussi que les dommages matériels continuent d'être le mobile le plus fréquent, représentant 46 % de toutes les occurrences.

Cependant, le nombre de crimes violents a augmenté en 2021, soit 31 % de tous les cas cette année-là.

Il y a ce sentiment de malaise que les gens ressentent, affirme l'imam. Maintenant, les statistiques le confirment.

Avec les informations d'Andrew Lupton, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !