•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Convoi des camionneurs : 500 000 $ pour soutenir les commerçants de l’île de Hull

Chargement de l’image

Une aide de 500 000 $ est disponible pour les commerçants du centre-ville de Hull.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

La Chambre de commerce de Gatineau reçoit 500 000 $ du gouvernement fédéral pour venir en aide aux entreprises touchées par les manifestations anti-mesures sanitaires en février dernier.

Près de deux mois après avoir vu le gouvernement fédéral aider financièrement les commerces d'Ottawa touchés par le passage du convoi de camionneurs, les entreprises de Gatineau obtiennent le même soutien.

Le gouvernement du Canada octroie une aide financière non remboursable de 500 000 $ à la Chambre de commerce de Gatineau (CCG). Ce montant permettra à l’organisme de venir en aide aux commerçants qui ont grandement souffert des manifestations anti-mesures sanitaires de l’hiver dernier.

Les fonds proviennent du Programme de développement économique du Québec de Développement économique Canada. Le montant de l’aide offert par la Chambre de commerce aux entreprises sera équivalent aux dépenses admissibles, jusqu’à concurrence de 10 000 $.

Selon le député de Gatineau, Steven MacKinnon, l'aide permettra de compenser les pertes subies durant l'occupation au centre-ville de Gatineau.

Gatineau n'a pas été oublié, lance-t-il en entrevue. On a une capitale nationale et Gatineau en fait partie, c’est un partenaire à part entière.

« C’est une ville qui fait autant partie de la capitale nationale qu’Ottawa. »

— Une citation de  Steven MacKinnon, député de Gatineau à la Chambre des communes

Sous forme de contributions non remboursables, l’aide servira à couvrir les frais directement reliés à la protection de l’entreprise durant le blocus, les coûts reliés à la perte d’inventaire ainsi que les coûts fixes d’exploitation qui ne peuvent être reportés.

Les entreprises situées sur l'île de Hull comptant moins de 100 employés et qui n’ont pu opérer normalement en raison des manifestations sont admissibles. Elles pourront remplir un formulaire à même le site de la Chambre de commerce de Gatineau, explique Stéphane Bisson, le président de la CCG.

Les demandes vont être analysées assez rapidement, assure-t-il en entrevue. M. Bisson concède que ces manifestations n'ont pas eu le même impact qu'à Ottawa, mais qu'il ne faut pas négliger les conséquences qu'elles ont eues en sol québécois.

Beaucoup de gens ont pris d’assaut le centre-ville de Gatineau pour se stationner, pour circuler, pour marcher vers Ottawa, donc il y a eu vraiment occupation, il y a eu des pertes commerciales, énumère-t-il.

« On doit penser à Gatineau et à Ottawa comme étant [un tout]. »

— Une citation de  Stéphane Bisson, président de la Chambre de commerce de Gatineau

La directrice générale de Vision centre-ville de Gatineau, Annie-Pier Caron-Daviault partage cet avis et se réjouit des fonds annoncés.

On est content d’être considéré au même titre qu’Ottawa, parce que même si l’occupation n’a pas été aussi flagrante ici, il y a eu des répercussions au centre-ville de Gatineau notamment au niveau du blocage des ponts et de la circulation routière, soutient-elle. Les gens n’avaient pas accès physiquement aux commerces du centre-ville de Gatineau.

Mme Caron-Daviault a milité dans les derniers mois pour que des critères inclusifs soient mis en place afin d'éviter que des commerces ne soient laissés pour compte.

Il faut que ce soit simple aussi parce que ça arrive dans un moment critique pour les commerçants, fait valoir cette dernière. C'est la préparation de la saison estivale dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre, il ne faut pas qu’on passe trois ou quatre jours à remplir des formulaires.

Le convoi des camionneurs a occupé le centre-ville d'Ottawa pendant plus de cinq semaines en début d'année. Depuis, quelques manifestations ont eu lieu à Ottawa durant le week-end, mais aucune n'a surpassé l'ampleur de l'occupation du mois de février.

Avec les informations Christian Milette et de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !