•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux députés expulsés de l’Assemblée législative de la Saskatchewan

Chargement de l’image

Pour la première fois depuis 2017, le président de l'Assemblée législative de la Saskatchewan a expulsé des membres de la députation. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les émotions sont vives en cette dernière semaine de session à l’Assemblée législative de la Saskatchewan. Le président de la Chambre, Randy Weekes, a demandé aux députés Doyle Vermette et Nadine Wilson de quitter l’enceinte après qu'ils eurent refusé de s’excuser pour des propos non parlementaires.

La dernière fois qu’un député a été expulsé de l’Assemblée législative de la Saskatchewan remonte à 2017.

Le président de la Chambre, Randy Weekes, a averti à de nombreuses reprises le gouvernement et l’opposition de mettre fin aux attaques personnelles.

Le ministre n’en a rien à faire

Au cours des trois dernières semaines, le député néo-démocrate de la circonscription de Cumberland, Doyle Vermette, a sans cesse relancé le gouvernement pour améliorer le plan sur la prévention du suicide. Mardi, il a demandé au gouvernement d’adopter sa motion pour créer un comité non partisan sur la question.

Mercredi, le gouvernement a refusé, et M. Vermette, ému, a pris la parole à la fin de la période de questions pour présenter des personnes ayant perdu un proche, qui étaient présentes dans les tribunes.

Elles demandent que le premier ministre prenne des mesures. Pourquoi n’avez-vous simplement pas dit que vous n’avez pas de compassion pour eux? Au ministre, (Everett Hindley), pourquoi ne dites-vous pas juste la vérité et que vous n’en avez rien à faire de ces personnes-là?, a-t-il affirmé.

Chargement de l’image

Le député néo-démocrate Doyle Vermette demande au gouvernement d'améliorer le plan et la stratégie provinciale de prévention contre le suicide. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Kirk Fraser

Sur le moment, le ministre de la Santé mentale et de dépendances, des Aînés et de la Santé dans les milieux ruraux et éloignés, a répondu à la question. Le président de la Chambre a averti M. Vermette et une heure plus tard, il lui a demandé de retirer ses paroles.

M. Vermette a refusé. Je ne peux pas le faire, Monsieur le Président, a-t-il déclaré. Après un troisième refus, le président de la Chambre lui a demandé de quitter son siège pour la journée.

Lors d’une mêlée de presse, Doyle Vermette s’est dit frustré par le gouvernement qui refuse de mettre sur pied un comité non partisan pour améliorer le plan sur la prévention du suicide dans la province.

Même sort pour Nadine Wilson

Une heure avant l’expulsion de Doyle Vermette, la députée indépendante de Saskatchewan Rivers, Nadine Wilson, a également été expulsée pour avoir refusé de s’excuser pour des propos non parlementaires.

De son bureau à l’Assemblée législative, la députée a interpellé le ministre du Commerce et du Développement des exportations, Jeremy Harrison.

D’une voix forte, elle a utilisé le verbe mentir. Le président de la Chambre lui a demandé à trois reprises de retirer ces propos et de s’excuser. La députée a refusé et a dû quitter son siège.

Chargement de l’image

La députée indépendante Nadine Wilson accuse le gouvernement de l'intimider. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Matt Duguid

En mêlée de presse, Mme Wilson a accusé le gouvernement de l'intimider.

Le premier ministre Scott Moe a accusé la députée de manquer tous les votes en Chambre. Cette députée a quitté le caucus (en septembre dernier) parce qu’elle a fait une fausse déclaration sur son statut vaccinal, a-t-il affirmé.

Scott Moe a demandé à la députée de démissionner pour déclencher une élection partielle.

Avec les informations d’Adam Hunter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !