•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environ 60 millions de personnes déplacées dans le monde, selon des ONG

Chargement de l’image

Des personnes déplacées internes dans le camp de Ouallam, au Niger, en mai 2022.

Photo : afp via getty images / ISSOUF SANOGO

Agence France-Presse

Les conflits et les désastres naturels ont fait fuir des millions de personnes l'an dernier à l'intérieur même de leur pays, portant le nombre total des déplacés internes à un record de près de 60 millions, selon une étude rendue publique jeudi par des ONG.

Les personnes déplacées internes étaient au nombre de 59,1 millions en 2021, dont près de la moitié avaient moins de 18 ans, selon l'Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC) et le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

D'année en année, ce chiffre – qui ne tient donc pas compte des réfugiés à l'étranger – ne cesse de croître. Et un nouveau record devrait être établi à ce sujet en 2022 en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui a commencé le 24 février.

Il s'agit du deuxième chiffre annuel le plus élevé en 10 ans, derrière 2020, qui avait enregistré un nombre record de déplacements dus à une série de catastrophes naturelles.

« Le monde s'écroule » - Jan Egeland

L'année 2022 s'annonce sombre, avec notamment la guerre en Ukraine, a alerté la directrice de l'IDMC, Alexandra Bilak, en conférence de presse.

Plus de 8 millions de personnes étaient ainsi déplacées à l'intérieur de l'Ukraine, plus de deux mois après l'invasion du pays par la Russie, selon l'ONU.

La situation dans le monde n'a jamais été aussi mauvaise, a observé le secrétaire général du NRC, Jan Egeland, qui assure que le monde s'écroule.

« La situation aujourd'hui est réellement incroyablement bien pire que ce que notre chiffre record suggère. Nous avons besoin que les dirigeants mondiaux opèrent un changement titanesque de leur mode de pensée pour éviter et régler les conflits, afin de mettre fin à cette montée en flèche de la souffrance humaine. »

— Une citation de  Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés

Déplacements internes en Afrique

L'an dernier, l'Afrique subsaharienne est la région qui a enregistré le plus grand nombre de déplacements internes (de nombreuses personnes se déplaçant plusieurs fois), dont plus de 5 millions rien qu'en Éthiopie, un pays en proie à une grave sécheresse et où un conflit a éclaté fin 2020 dans la région du Tigré. Il s'agit du chiffre le plus élevé jamais enregistré dans un seul pays.

Des chiffres sans précédent ont également été enregistrés l'an dernier en République démocratique du Congo et en Afghanistan, où le retour au pouvoir des talibans conjugué à la sécheresse a poussé de nombreuses personnes à fuir leur foyer.

En Birmanie, où les militaires ont pris le pouvoir à la suite d'un coup d'État en février 2021, le nombre des déplacements a également atteint un niveau record.

Le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord ont en revanche enregistré les niveaux les plus bas de nouveaux déplacements en 10 ans, les conflits en Syrie, en Libye et en Irak ayant connu une certaine désescalade, mais le nombre total des personnes déplacées dans la région reste élevé.

Ainsi, la Syrie comptait toujours le plus grand nombre de personnes déplacées internes en raison d'un conflit, soit 6,7 millions fin 2021. Viennent ensuite la RDC (5,3 millions) et la Colombie (5,2 millions), ainsi que l'Afghanistan et le Yémen (4,3 millions chacun).

Bien que les personnes déplacées par les conflits soient toujours plus nombreuses, les catastrophes naturelles restent la raison principale pour laquelle les gens se voient obligés de fuir de chez eux (23,7 millions de déplacements en 2021).

Pas moins de 94 % de ces déplacements ont été attribués à des catastrophes météorologiques et climatiques, comme les cyclones, les inondations et la sécheresse, des phénomènes toujours plus fréquents et plus intenses en raison des changements climatiques.

Au moins 70 % des déplacements internes liés aux désastres naturels en 2021 ont été enregistrés en Chine, aux Philippines et en Inde.

Toutefois, de plus en plus, conflits et catastrophes naturelles vont de pair, a relevé M. Egeland.

Dans des endroits comme le Mozambique, la Birmanie, la Somalie et le Soudan du Sud, les crises se chevauchent, ont un impact sur la sécurité alimentaire et aggravent la vulnérabilité de millions de personnes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !