•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’instabilité d’un bateau aurait contribué à la mort de 4 pêcheurs de Terre-Neuve

Transports Canada devrait exiger que les petits bateaux de pêche fassent l’objet d’une évaluation de leur stabilité, selon le Bureau de la sécurité des transports du Canada.

Chargement de l’image

Les pêcheurs de crabe des neiges avaient quitté St. Lawrence, à Terre-Neuve, dans la nuit précédant le naufrage.

Photo : Radio-Canada / Marie-Isabelle Rochon

Radio-Canada

Les quatre pêcheurs de crabe qui ont péri dans la baie de Placentia, au large de Terre-Neuve, il y a près de deux ans, ont sans doute été pris par surprise lorsque leur bateau a chaviré, et ils n’ont jamais eu le temps de réagir.

C’est ce qu’a conclu le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada dans son rapport d’enquête, publié mercredi, sur le naufrage du Sarah Anne le 25 mars 2020.

Les quatre pêcheurs qui étaient partis de St. Lawrence dans la nuit précédant le drame ont perdu la vie : le capitaine Eddie Norman, 67 ans; son fils Scott Norman, 35 ans; son neveu Jody Norman, 42 ans, et Isaac Kettle, 33 ans.

Manque d'informations sur la stabilité des bateaux de pêche

Le manque de stabilité du Sarah Anne et l’absence de contrôle sur la stabilité des petits bateaux de pêche en général aurait contribué à la tragédie, selon le BST.

La stabilité d'un navire est sa capacité à se redresser après avoir donné de la bande sous des forces externes, comme les vagues ou les vents.

Les propriétaires de petits bateaux comme le Sarah Anne ne sont pas obligés de faire une évaluation de stabilité. L’équipage n’est par conséquent pas bien informé des possibilités que leur embarcation chavire, selon le BST.

Le BST a déjà demandé dans le passé que le ministère fédéral des Transports exige que tous les petits bateaux de pêche fassent l’objet d’une évaluation de stabilité, d’autant plus qu’ils représentent plus de 99 % des navires de pêche immatriculés par Transport Canada. Mais Ottawa n’a jamais mis en pratique cette recommandation.

Selon le Bureau de la sécurité des transports, la charge à bord du Sarah Anne était d'environ 1200 kg de plus que le capitaine n’en avait l’expérience en pêchant le crabe des neiges dans cette zone avec ce bateau.

Parce qu'il n'y a pas d'évaluation de stabilité, le BST estime que les membres d’équipage ont pris des décisions opérationnelles sans connaître les limites réelles d’exploitation sécuritaire du bateau. Cela a pu en affecter la stabilité, et mener au chavirement.

Le BST aimerait aussi que les membres d’équipage de ce type de bateau portent des vêtements de flottaison individuels (VFI) en tout temps. 

Il est probable que le bateau ait chaviré soudainement et que tous les membres d’équipage se soient retrouvés dans l’eau de manière inattendue , selon Clifford Harvey, le directeur des enquêtes du Bureau de la sécurité des transports.

Par conséquent, les quatre pêcheurs n’ont jamais eu le temps d’enfiler ces vêtements, ou de déployer un radeau de sauvetage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !