•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Olympiques savent qu’ils doivent jouer « avec urgence »

Chargement de l’image

Les Oympiques doivent tout donner lors de leur prochaine rencontre.

Photo : Dominic Charette / Olympiques de Gatineau

Chargement de l’image

Les entraîneurs de hockey aiment bien utiliser des tableaux pour expliquer un exercice à leurs joueurs. Le pilote des Olympiques de Gatineau, Louis Robitaille, n’a toutefois pas besoin de faire un dessin à son équipe pour qu’elle comprenne quoi faire lors de la prochaine rencontre face aux Cataractes.

Les Olympiques ont tenu une courte séance d’entraînement, mercredi, avec de prendre la route pour Shawinigan.

Il faut se rappeler pourquoi on a commencé à jouer au hockey et on est ici. C’est parce qu’on aime ça et on est passionné. On a un match à gagner et c’est le prochain. Il faut avoir un sentiment d’urgence. J’ai aimé l’enthousiasme pendant l’entraînement. Je suis convaincu qu’on va être prêt au début du prochain match, affirme l’entraîneur Louis Robitaille.

Gatineau accuse un retard de 0-2 et fera face à l’élimination, jeudi soir, au Centre Gervais-Auto de Shawinigan.

C’est un do or die comme on dit. Il n’y a pas de lendemain. Il faut tout donner. On n’a pas d’excuses face à la situation. On va juste tout donner et on va voir ce qui va arriver, dit le gardien Rémi Poirier, qui pourrait terminer son stage junior advenant une défaite.

Chargement de l’image

Choix de 5e ronde en 2017, Rémi Poirier aura joué toute sa carrière junior avec les Olympiques (archives).

Photo : Dominic Charette Photographe

« Je ne le vois pas comme ça. Que ce soit mon premier match junior ou mon dernier, je profite de chaque minute, de chaque période et de chaque match. Je vais en profiter à 100% encore.  »

— Une citation de  Rémi Poirier, gardien de buts

Même si le manque d’émotion était flagrant lors de la dernière rencontre, lundi soir, les Olympiques n’ont perdu que 3-1 après avoir échappé le premier match 6-5 en prolongation. Ces résultats laissent croire que rien n’est encore joué dans la série et qu’une bonne performance de Gatineau pourrait donner un électrochoc à la formation.

On sent qu’on est juste là. Il y a de petits ajustements qu’on va voir dans le prochain match. Il faut avoir un sentiment d’urgence et aussi avoir du plaisir. On veut aller casser le party là-bas comme ils ont fait ici. On s’en va avec la mentalité de gagner le prochain match, souligne le capitaine Manix Landry.

Chargement de l’image

Le capitaine des Olympiques, Manix Landry, protège la rondelle face à Justin Robidas des Foreurs de Val-d'Or.

Photo : Dominic Charette / Olympiques de Gatineau

C’est extrêmement serré. Ce sont les matchs d’un seul but. Ce qui est bon, c’est qu’on sait qu’on peut revenir. On veut s’assurer d’avoir un bon départ. Le plus dur est de closer la série. On s’en va là sans pression. Ils n'ont pas vu les Olympiques sous leur vrai jour encore, ajoute Robitaille.

Est-ce qu’un leader va se lever ?

Dans le passé, certains meneurs des Olympiques y sont allés de discours enflammés dans le vestiaire pendant les séries afin de motiver leurs coéquipiers. Les noms de Maxime Talbot, Claude Giroux, ou même Tommy Tremblay viennent en tête.

Personne ne prévoit de grande envolée lyrique avant la prochaine rencontre dans ce groupe. Pourquoi? Tout simplement parce qu’il n’en a pas besoin assurent les leaders.

Tout le monde sait ce qu’il a à faire, assure Rémi Poirier. Je ne pense pas que quelqu’un a besoin de se lever. Il faut simplement avoir une mentalité qu’on doit tout mettre dans l’assiette et tout donner.

Je veux qu’ils se lèvent sur la glace. Si tu te lèves dans le vestiaire mais que tu ne le fais pas sur la glace, c’est pas efficace, renchérit Robitaille.Le leadership, c’est montrer le chemin aux autres. Il faut être la meilleure version de toi-même. Je ne veux pas qu’ils essaient d’en faire trop. Je veux voir plus d’eux, de leurs forces, de leurs qualités. S’ils me donnent ça, pour moi c’est plus gros qu’un discours de motivation. 

Chargement de l’image

Comme bien des entraîneurs, Louis Robitaille est toujours plus heureux après une victoire (archives).

Photo : Dominic Charette Photographe

« Les gars connaissent l’enjeu du match. On va être prêt. Ils le seront aussi. On va se donner une bonne chance si on arrive avec une bonne préparation. »

— Une citation de  Louis Robitaille, entraîneur-chef

Le capitaine, Manix Landry, n’est pas le plus vocal dans le vestiaire. Il affirme toutefois qu’il n’hésitera pas à prendre la parole s’il doit le faire pendant la rencontre de jeudi.

C’est sur qu’on doit faire notre part. Si on arrive à ça, le groupe de leader va le faire. Mais, je pense que tous les gars dans l'équipe savent quoi faire. Le travail est clair pour le match, dit Landry. 

Les Olympiques savent quoi faire à en croire les joueurs et les entraîneurs. Reste à le faire, un match à la fois, à Shawinigan. Sinon, les parcours de Rémi Poirier, Mathieu Bizier et Simon Pinard dans le junior pourraient encore une fois prendre fin plus vite que ces joueurs ne l’espéraient.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !