•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La peine précédente de Talal Amer, objet d’un mandat d’arrêt pancanadien, venait d’expirer

Chargement de l’image

Il aura fallu seulement cinq jours à Talal Amer, qui venait de sortir de prison, pour récidiver.

Photo : Fournie par le Service de police de Calgary

Radio-Canada

Faisant l’objet d’une recherche à l’échelle du Canada après avoir été reconnu comme le cerveau de l’incident ayant provoqué une collision mortelle à Calgary la semaine dernière, Talal Amer est un multirécidiviste dont la peine venait d'expirer.

Cinq jours environ, c’est le temps qu’il aura fallu à Talal Amer pour se retrouver au centre d’une nouvelle affaire délictueuse après l'expiration de sa peine pour des crimes liés aux armes à feu et à la drogue le 5 mai.

L’homme de 29 ans a été identifié lundi par la police de Calgary comme étant l’acteur principal de la collision à l'origine de la mort d'Angela McKenzie, le mardi 10 mai.

La victime de 40 ans se trouvait malencontreusement à l’intersection de la 36e Rue et de la 17e Avenue à Calgary, lorsque les actes présumés de Talal Amer auraient causé l'accident qui l'a tuée.

Les cinq enfants d'Angela McKenzie sont désormais doublement orphelins, leur père étant décédé il y a trois mois.

Selon les résultats de l’enquête policière, Talal Amer, qui était seul à bord d’une Chevrolet Silverado rouge, ciblait l’occupant d’un autre véhicule, de marque Volkswagen Jetta. Il aurait poursuivi le véhicule de ce dernier en tirant des coups de feu et causé la collision entre deux autres véhicules.

L'homme présenté comme étant la cible de Talal Amer et qui avait réussi à lui échapper a été retrouvé souffrant de blessures par balle à proximité du lieu de l’incident.

Libération d’office

Talal Amer fait l’objet d’un mandat d’arrêt national publié lundi et est accusé notamment de tentative de meurtre, d'homicide involontaire et de possession illégale d'une arme à feu dont le numéro de série a été effacé.

Il est en libération conditionnelle depuis août 2021, et sa peine a expiré le 5 mai. De ce fait, il n’était plus sous surveillance de la Commission des libertés conditionnelles du Canada (CLCC). Il lui était toutefois interdit de posséder ou de porter une arme à feu toute sa vie.

Un habitué des milieux liés au gangstérisme

Ses antécédents judiciaires montrent que l’homme est une figure connue du milieu du gangstérisme. Même en prison, il a continué à commettre des délits, dont certains sont liés au trafic de drogue, révèlent les documents de la CLCC, qui le décrivent par ailleurs comme une personne fortement motivée par la cupidité .

Il a aussi, entre autres, été impliqué dans une agression contre un codétenu qui a dû être hospitalisé pour des blessures graves.

Talal Amer, dont des membres de la famille ― un frère et un cousin ― sont également connus pour leur implication dans des actes de gangstérisme, est aussi connu pour avoir violé plusieurs fois son serment en mentant à la police avant d’être confondu par des preuves d’enquêtes.

Avec les informations de Meghan Grant

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.