•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada compte 12 « bombes carbone » qui pourraient aggraver la crise climatique

Chargement de l’image

Le Canada fait partie du palmarès peu reluisant des pays qui comptent le plus grand nombre de projets pétroliers et gaziers constituant des « bombes carbone » qui pourraient faire dérailler la lutte contre changements climatiques.

Photo : Reuters / Nick Oxford

La Presse canadienne

Le Canada compte 12 « bombes carbone » qui pourraient faire échouer les efforts en vue de limiter les dérèglements climatiques au cours des prochaines années.

Selon une étude d'experts publiée dans la revue Energy Policy, ces 12 projets d'exploitation d'hydrocarbures généreraient des milliards et des milliards de tonnes de gaz à effet de serre (GES).

Ils font partie d'une liste de 425 « bombes carbone », des projets situés partout dans le monde mais en majorité en Chine.

Les trois quarts de ces projets sont concentrés dans une dizaine de pays, dont le Canada.

Selon les chercheurs, si tous les combustibles attendus de ces projets sont extraits et brûlés, les pays signataires de l'accord de Paris sur le climat de 2015 ne pourront pas respecter les cibles prévues, qui devaient servir à limiter à 1,5 degré Celsius le réchauffement de la température moyenne de la planète.

Parmi les 12 projets de la liste des « bombes carbone » du Canada, on compte notamment le projet pétrolier et gazier Montney Play, en Colombie-Britannique, avec 13,7 gigatonnes (milliards de tonnes) de GES. Dans le classement des 425 « bombes carbone » recensées à l'échelle mondiale, c'est un des plus polluants.

En deuxième place au pays se trouve la mine de charbon de Murray River (8,5 gigatonnes de GES) et, en troisième place, la formation de Spirit River (trois gigatonnes de GES).

Dans ce palmarès peu reluisant, les autres « bombes carbone » du Canada sont la mine de charbon de Gething (2,1  gigatonnes de GES), le projet de sables bitumineux Horizon (2 gigatonnes de GES), les projets Kearl et Duvernay (1,9 gigatonne de GES chacun), le projet de sables bitumineux Athabasca (1,4 gigatonne de GES), le projet de Christina Lake (1,2 gigatonne de GES), le projet de gaz de schiste de Liard (1,2 gigatonne), le projet de Mildred Lake (1,2 gigatonne de GES) et la mine de charbon de Fording River (1 gigatonne de GES).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !