•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de minicentrales hydroélectriques Onimiki : l’analyse environnementale a débuté

Un rapide dans un lac, l'hiver.

Kipawa est l'un des lieux privilégiés pour le projet de minicentrales Onimiki. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Lors du conseil de la MRC de Témiscamingue, mardi, les élus de la MRC ont autorisé des dépenses de 75 000 $ afin de mener le début des analyses environnementales pour le projet Onimiki.

Ce projet, s’il voit le jour, consisterait en deux minicentrales hydroélectriques de 42 mégawatts situées dans le sud du Témiscamingue.

La préfète de la MRC de Témiscamingue, Claire Bolduc, signale que les analyses environnementales ont commencé au mois d’avril.

Par la suite, il y a toute une étude d’impact environnemental qui va être déposée, donc c’est pour [la cueillette de] toutes les premières données dont on a autorisé les dépenses, précise-t-elle.

Ces travaux sont effectués par la firme PEK.

Claire Bolduc affirme que ces analyses environnementales s'inscrivent dans la démarche pour répondre à l'appel de projets lancé par Hydro-Québec en 2021, mais aussi à de futurs appels de projets.

Rappelons qu’en 2021, Hydro-Québec avait lancé un appel d'offres en vue de l'acquisition de 480 mégawatts d’énergie renouvelable.

L’objectif qu’on a, c’est de répondre à l’appel de projets actuel et à d’autres appels de projets éventuels. On sait que le gouvernement a annoncé 2300 nouveaux mégawatts en appel de projets, fait valoir Claire Bolduc.

Claire Bolduc s'adresse à la caméra lors d'une cérémonie virtuelle.

La préfète de la MRC de Témiscamingue, Claire Bolduc (archives)

Photo : Capture d'écran : YouTube McGill University

Notre objectif, c’est que toutes les fois qu’il y a un appel de projets, on soumet le projet Onimiki. On regarde quelles sont les conditions pour répondre au projet et on soumet le projet [Onimiki] en répondant aux conditions qui sont imposées à chacun des projets, ajoute Claire Bolduc.

Les prochaines étapes

Pour le moment, la MRC assume les dépenses en lien avec le projet, jusqu'à ce qu’une société en commandite soit créée. Cette société regroupera tous les investisseurs et parties impliquées dans le projet, soit la MRC de Témiscamingue et les communautés de Kebaowek, Wolf Lake et Mashteuiatsh.

Une fois que la création de l’organisme sera complétée, les calculs seront faits pour équilibrer l’ensemble des dépenses effectuées, affirme Claire Bolduc.

La société en commandite devait être créée mardi lors de la séance du conseil, mais en raison de retards administratifs, on a reporté cette étape au mois de juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !