•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les joueurs du Rouge et Noir d’Ottawa gardent espoir d’une saison normale

Chargement de l’image

Des joueurs du Rouge et Noir lors d'un entraînement informel à Ottawa.

Photo : Jonathan Jobin

Chargement de l’image

Les joueurs du Rouge et Noir d’Ottawa ont sauté sur le terrain de l’Université Carleton, mercredi matin, pour un entraînement informel. La presque totalité de l’équipe a participé à la séance, qui servait aussi de rencontre syndicale avec les représentants des joueurs.

Les équipes de la Ligue canadienne de football (LCF) sont en grève depuis dimanche alors que les joueurs sont incapables de s’entendre avec les dirigeants pour le renouvellement de la convention collective.

Je pense qu’on doit à nos partisans d’être prêts si on retourne sur le terrain et d’être en forme. En même temps, on est en grève et on doit tenir notre bout là-dessus. C’est dommage ce qui se passe, mais on est confiant de pouvoir trouver une solution, explique le demi défensif Antoine Pruneau, qui représente ses coéquipiers au sein de l’Association des joueurs (AJLCF).

Chargement de l’image

Les joueurs du Rouge et Noir écoutent les explications de leur représentant, Antoine Pruneau, pendant un entraînement informel.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

« Notre dernière paie remonte à novembre. C’est difficile pour les gars. Mais on a une belle unité en ce moment. On ne demande pas la lune, juste ce qui nous revient. »

— Une citation de  Antoine Pruneau, représentant des joueurs

Les pourparlers sont pratiquement au point mort en ce moment. Les deux parties se parleraient uniquement par l’entremise d’un médiateur.

Ce texte a été écrit avant qu'une entente de principe soit déposée mercredi soir entre les parties. La ligue a confirmé mercredi avoir conclu une entente de principe avec son association des joueurs. Deux sources ont informé La Presse canadienne que ce contrat de travail sera de sept ans. La convention collective proposée doit être ratifiée par le Bureau des gouverneurs de la LCF et par les membres de l'Association des joueurs.

Mais, c’est surtout l’attitude de la Ligue envers ses joueurs qui fâche les athlètes, déplore Antoine Pruneau.

C’est l’arrogance de la Ligue qui nous met en grève ultimement. On a reçu une offre misérable il y a deux semaines et une offre légèrement améliorée juste avant l’ouverture des camps. Elle est loin d’être assez bonne pour nous. Ils essaient de nous pousser ça dans la gorge. C’est inacceptable et on va continuer de se battre pour nos joueurs, poursuit Pruneau.

Chargement de l’image

Dans le feu de l'action, Antoine Pruneau n'hésite pas à se sacrifier pour plaquer un adversaire, comme sur cette séquence en 2015 (archives).

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Après une saison perdue en 2020 en raison de la pandémie et une autre écourtée l’an dernier, la LCF n’a pas trop les moyens de se mettre à dos les partisans avec ce conflit de travail. Les points d'achoppement sont nombreux, mais les discussions accrochent surtout sur la modification du ratio de joueurs canadiens et l’augmentation du plafond salarial qui ne satisfait pas les membres de l'AJLCF.

Randy Ambrosie (le commissaire de la ligue) a dit en février qu’on était des partenaires et qu’on allait travailler ensemble. Pourquoi nous dire ça s’il ne l’applique pas? On ne veut pas s’engager pendant sept ans si on n’a pas de garantie pour nos joueurs, dit Pruneau, qui rappelle que l'AJLCF a demandé que la prochaine convention se termine 30 jours avant une saison, pour éviter une situation semblable à celle qui prévaut actuellement.

Chargement de l’image

Randy Ambrosie

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Au cours des derniers jours, Ambrosie s’est adressé directement aux joueurs dans une lettre ouverte. Notre offre est pour un vrai partenariat avec vous, nos joueurs talentueux qui travaillent fort et qui ont à cœur la LCF. Il offre des contrats partiellement garantis, une première dans notre histoire, a mentionné le commissaire, avant d’expliquer d’autres points de l’offre.

La dernière grève dans la LCF remonte à 1974. Le premier match préparatoire de la LCF était prévu lundi en Saskatchewan. Chaque jour qui passe rend plus incertaine la possibilité d’un début de saison normal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !