•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caribou : les Innus de Pessamit veulent envoyer une mise en demeure à Québec

Des caribous se déplacent dans la toundra.

Plusieurs représentants de la nation innue se sont déplacés pour prendre part à la consultation publique de la Commission sur la protection du caribou (archives).

Photo : Associated Press / Rick Bowmer

Radio-Canada

Les Innus de Pessamit veulent prendre des mesures immédiates pour favoriser la protection des caribous forestiers. Pendant le passage de la Commission indépendante sur le caribou forestier et montagnard à Pessamit, mercredi, ils ont annoncé qu'ils préparaient une mise en demeure pour le gouvernement du Québec.

Le Conseil des Innus de Pessamit demande notamment au gouvernement d’inscrire immédiatement le projet d’aire protégée Pipmuakan au registre des aires protégées du Québec. Il s’agit d’un dossier que la communauté plaide depuis plusieurs années.

Des représentants de la nation innue sont rassemblés autour d'une table devant un caribou empaillé.

Le chef Bryan Mark (assis, en noir) a pris la parole lors de cette audience spéciale pour revendiquer la création d’une aire protégée afin de protéger Atik, le caribou forestier.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

En tout respect pour les membres de la Commission, l’heure n’est plus aux discussions mais à l’action. Il y a une réelle urgence d’agir pour la protection du Nitassinan et de Minashkuau-atiku, un animal sacré pour le peuple innu. Il est question ici de notre identité, de notre culture, de notre territoire et de nos droits. Nous exigeons le respect et allons agir en conséquence, a déclaré le chef de Pessamit, Jean-Marie Vollant.

Une vidéo et une pétition circulent aussi pour demander la création d’une aire protégée sur le Pipmuakan, une partie du territoire ancestral innu situé au nord-ouest de la communauté.

Après sept arrêts dans différentes villes de la province, c'est la première fois que la Commission sur les caribous forestiers se rend dans une communauté autochtone. En avril dernier, l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) avait dit déplorer que la Commission ne propose pas de consultation spécifique pour les Premières Nations, ce qui a mené à la consultation à Pessamit.

Un caribou empaillé à l'avant-plan et, derrière, une salle de conférence où des Innus discutent.

Une audience spéciale a été organisée à Pessamit pour entendre le point de vue des Innus au sujet de la Commission indépendante sur le caribou forestier et montagnard.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Des appuis de la nation innue

Plusieurs représentants de la nation innue s’étaient déplacés pour prendre part à la consultation publique de la Commission, dont les chefs Réal McKenzie (Matimekush-Lac John), Jean-Charles Piétacho (Ekuanitshit), Guy Mestenapéo (Pakua Shipu) et Réal Tettaut (Nutashkuan).

Le chef Bryan Mark a également pris la parole lors de cette audience spéciale pour revendiquer la création d’une aire protégée destinée à protéger Atik, le caribou forestier. Il demande qu’aucune des deux stratégies proposées ne soit adoptée, disant les juger catastrophiques pour la survie des caribous.

La commission qui se penche sur la protection du caribou présente deux scénarios hypothétiques. Le premier condamnerait trois des 12 hardes de caribous de la province, alors que le second entraînerait des pertes d’emplois et de retombées pour l’industrie forestière.

Le conseil d'Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam (ITUM) a également réagi au passage de la Commission indépendante sur le caribou forestier et montagnard à Pessamit en dénonçant le manque de crédibilité du mandat et l’absence de légitimité des commissaires.

ITUM a tenu à rappeler qu’il ne participera pas à la Commission et qu’il consacre ses efforts à travailler en vue de l'aménagement d’une aire protégée Minashkuau-Atiku, qui signifie caribou des bois,a indiqué le conseil de bande par communiqué.

Ces démarches sont appuyées par l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL). Par voie de communiqué, le chef Ghislain Picard rappelle que les Premières Nations connaissent mieux que quiconque leurs territoires [...]. Il est temps que la province de Québec le réalise et en tienne compte.

Des aînés autochtones en habits traditionnels sont assis à une table de conférence.

Des aînés de la communauté de Pessamit se sont déplacés pour participer à la consultation publique de la Commission.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Fin des audiences publiques

Sans faire davantage de commentaires, les commissaires soutiennent qu'ils ont entendu deux discours très opposés lors de leur passage sur la Côte-Nord. Ils laissent entendre que leurs recommandations commencent à se dessiner.

Mardi soir, près de 200 personnes se sont déplacées à l'Hôtel Le Manoir à Baie-Comeau pour la dernière audience publique de la Commission. Parmi eux, des dizaines de travailleurs forestiers étaient présents pour tenter de sauver leurs emplois.

Le rapport de la Commission est attendu cet été, mais ce sera le gouvernement du Québec qui décidera de la stratégie à adopter afin de gérer les populations de caribous et leur habitat.

Avec la collaboration de Camille Lacroix et de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !