•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants invisibles : quand la maladie mentale du parent affecte aussi l’enfant

Chargement de l’image

François Bellefeuille et Varda Étienne dans « Les enfants invisibles »

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Varda Étienne s’intéresse aux enfants dont les parents souffrent de maladie mentale dans la nouvelle série documentaire Au cœur d’une réalité trop longtemps ignorée : les enfants invisibles. Ses propres enfants y témoignent, mais aussi des personnalités, des anonymes et des spécialistes. Cette bouleversante série a été éprouvante à tourner, mais s’est avérée thérapeutique pour elle comme pour les personnes qui y ont participé.

Donner la parole à ces enfants qu'on oublie souvent, c’était le souhait de l’animatrice Varda Étienne, elle-même mère de trois enfants et atteinte de bipolarité ainsi que d’un trouble de la personnalité limite. 

Ce sont les premières victimes collatérales du trouble de santé mentale de leur parent. [...] Et on oublie de leur demander : "Comment tu vis ça? Comment vas-tu?", explique-t-elle dans les premières minutes de cette série déclinée en quatre épisodes de 20 minutes. 

J’aimerais qu’on arrête de dire qu’on aime nos enfants au Québec, ajoute-t-elle, en entrevue à Radio-Canada. Il faudrait peut-être plus le démontrer et pas juste le dire.  

Varda Étienne aimerait ainsi voir la création de maisons de répit pour les enfants afin qu’elles et ils puissent être écoutés et épaulés par des spécialistes quand leur parent est en crise. 

Chargement de l’image

L'animatrice Varda Étienne

Photo : Radio-Canada

Les témoignages de Dominique Anglade et de François Bellefeuille

Dans sa docusérie, diffusée sur ICI Tou.tv Extra, des enfants dont un parent souffre d’un problème de santé s’expriment, comme ceux de l’artiste Mara Tremblay, qui est bipolaire et vit avec un trouble de la personnalité limite, tout comme Varda Étienne. 

Des adultes ayant eu un père ou une mère atteinte d’une maladie mentale se confient également sur leur enfance. On peut ainsi entendre Dominique Anglade, la cheffe du Parti libéral du Québec, raconter le jour où, quand elle avait 11 ans, elle s’est agrippée à sa mère qui voulait se jeter de la voiture familiale et qui disait : Je n’en peux plus, ou les moments où sa mère envisageait le suicide collectif. 

Quant à l’humoriste François Bellefeuille, il explique avec émotion comment la schizophrénie lui a volé son père, selon ses propres mots. On dirait que c’était moi, le parent, et lui, l’enfant, dit celui à qui on a longtemps caché la maladie de son père pour le protéger. 

J’espère qu’on trouve des solutions pour l’expliquer aux enfants, car ne pas savoir m’a beaucoup nui.  

Varda Étienne se dit honorée d’avoir pu recueillir toutes ces confidences.

« Les gens ont été d’une grande générosité en partageant des détails intimes et douloureux, car cela demandait de retourner dans des souvenirs pas toujours évidents. »

— Une citation de  Varda Étienne

Toutefois, certaines personnalités publiques ont refusé d’en parler devant une caméra. Il y en a qui m’ont demandé un moment de réflexion et m’ont ensuite dit non, raconte-t-elle. Elles n’étaient pas prêtes, car on est encore dans le qu'en-dira-t-on.

Faire naître Les enfants invisibles aura pris une dizaine d’années, car l’idée a longtemps suscité peu d’intérêt. Varda Étienne avait un peu perdu espoir quand Big Brother célébrités est arrivé dans sa vie, en 2021. Participer à cette émission m’a ouvert beaucoup de portes. Après ça, les gens étaient plus à l’écoute et ouverts quand je voulais les rencontrer pour des projets.

Chargement de l’image

Dans « Au cœur d’une réalité trop longtemps ignorée : les enfants invisibles », Dominique Anglade se remémore, avec émotions, des souvenirs de son enfance passée aux côtés d'une mère suicidaire.

Photo : Radio-Canada

Des mots difficiles, mais libérateurs

Au départ, Varda Étienne était mal à l’aise que ses propres enfants témoignent de leur vécu, notamment car elle ne voulait pas les placer dans une situation inconfortable. Finalement, chacune et chacun s'est courageusement replongé dans le passé devant la caméra, n’hésitant pas à revenir sur des moments durs, comme lorsque leur mère, en pleine crise, a poursuivi un de ses fils avec un couteau.

Le tournage s’est bien passé, explique l’animatrice. Je craignais leurs témoignages et j’ai été bouleversée de les entendre.

Dans la série, Varda Étienne raconte elle-même, en larmes, comment elle a été attachée à la civière et amenée dans une ambulance alors qu'elle était en pleine psychose, sous les yeux de sa fille, qui avait encore sa suce dans la bouche. Je ne me le pardonnerai jamais, dit-elle. 

Finalement, tourner Les enfants invisibles a été thérapeutique pour elle. Je vis de la culpabilité depuis 29 ans [l’âge de son aîné], mais j’ai fait la paix avec moi-même en entendant les témoignages de mes enfants, confie-t-elle. 

« Je ne suis pas parfaite, mais les parents n’ayant pas de maladie mentale ne sont pas parfaits non plus.  »

— Une citation de  Varda Étienne

La série documentaire s’est-elle avérée également libératrice pour les autres personnes qui y ont participé? Oui, elles m’ont toutes dit la même chose. L’une d’entre elles m’a dit qu’elle n’en avait jamais parlé avant.

Très humblement, cette série est ce que j’ai fait de mieux dans ma carrière. Je peux mourir demain.

Cependant, travailler sur cette production a été éprouvant pour Varda Étienne, qui doit composer avec une hypersensibilité en plus de sa bipolarité et de son trouble de la personnalité limite. Après certaines séquences, je suis écroulée dans ma voiture tellement c’était dur d’entendre certains témoignages, souligne celle qui est partie une semaine en vacances au soleil après le tournage pour digérer ces fortes émotions. 

Ce qui ressort des Enfants invisibles, c’est la force de l’amour qui unit ces enfants à leurs parents pas comme les autres, malgré la peine et les difficultés du quotidien. Pas une fois j’en ai voulu à ma mère, jamais, affirme Dominique Anglade dans la série. Ma mère a été fantastique. Je ne la changerais pour personne d’autre.

L’amour est plus fort que tout, renchérit Varda Étienne. Pour mes enfants, je suis d’abord et avant tout Maman.

Au cœur d’une réalité trop longtemps ignorée : les enfants invisibles peut être regardée dans la section Véro.tv d’ICI.Tou.tv Extra. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !