•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un organisme d’accueil « très déçu » par l’approche de Caraquet sur l’immigration

Léo-Paul Pinet et Jacques Dugas

Léo-Paul Pinet et Jacques Dugas ont dévoilé le rapport final de la Commission sur l'immigration, l'emploi et le logement [CIEL], commandé par la Ville de Caraquet, lundi.

Photo : Radio-Canada / Mario Mercier

Le Comité d'accueil, d'intégration et d'établissement des nouveaux arrivants de la Péninsule acadienne (CAIENA), se dit « très déçu » des recommandations de la Commission sur l'immigration, l'emploi et le logement (CIEL).

Le rapport final de la Commission sur l'immigration, l'emploi et le logement, dévoilé lundi par la ville de Caraquet, recommande la création d'un Centre d'accueil et d'intégration à la vie communautaire.

Les commissaires, Jacques Dugas et Léo-Paul Pinet recommandent que Caraquet se dote d'un point d'entrée unique à l'accueil et à l'accompagnement d'un nouvel arrivant/immigrant.

Monika Mallais devant un oriflamme du CAIENA.

La directrice du CAIENA, Monika Mallais, affirme que les membres du conseil d'administration de l'organisme ont été pris par surprise.

Photo : Radio-Canada / Janique LeBlanc

Nous constatons que les recommandations sont exactement ce que le CAIENA fait déjà pour la Péninsule acadienne au complet qui inclut la région du Grand Caraquet, explique la directrice générale de l'organisme, Monika Mallais.

« Ouvrir un bureau d'accueil et d'intégration dans la région de Caraquet quand la Péninsule acadienne en a déjà un serait un geste contre-productif lorsque nous avons une petite communauté comme la nôtre. »

— Une citation de  Monika Mallais, directrice du Comité d'accueil, d'intégration et d'établissement des nouveaux arrivants de la Péninsule acadienne

« Un pas en arrière »

Monika Mallais précise qu'elle parle également au nom de son conseil d'administration.

Nous sentons que si la Ville de Caraquet décide de suivre les recommandations de cette commission, c’est faire un pas de l’arrière en dupliquant nos services déjà offerts dans cette région, déplore-t-elle.

Elle considère que la région aurait intérêt à améliorer ce qui est déjà en place.

Nous allons vers une gouvernance locale afin d’améliorer les services de nos communautés, mais de la façon dont nous percevons ce que la Ville de Caraquet est en train d’entamer c'est plutôt de vouloir simplement travailler pour sa communauté, ajoute-t-elle.

« C’est vraiment dommage, parce que ce n’est pas la perception que nous avions d’une gouvernance locale quand nous sommes quand même la Péninsule acadienne. »

— Une citation de  Monika Mallais, directrice du Comité d'accueil, d'intégration et d'établissement des nouveaux arrivants de la Péninsule acadienne

Le CAIENA a fait part de ses préoccupations aux autorités municipales de Shippagan et s'est assuré de la bonne collaboration de Tracadie. Des discussions doivent aussi avoir lieu, mardi, avec le maire de Lamèque.

« Ils peuvent dormir en paix »

De son côté, le maire de Caraquet, Bernard Thériault, assure que sa municipalité n'a pas l'intention de diluer l'importance du CAIENA.

Bernard Thériault

Le maire de Caraquet, Bernard Thériault, assure que les responsables du CAIENA peuvent dormir sur leurs deux oreilles.

Photo : Radio-Canada / Mario Mercier

Notre mandat est de compléter ce qu'ils veulent faire, insiste-t-il. Quand on parle de permanence, on parle de quelqu'un pour diriger le trafic. Ça fait qu'ils peuvent dormir en paix.

« Il y aura de l'ouvrage pour tout le monde. Et je suis un peu surpris par le ton qu'a pris le CAIENA là-dessus. »

— Une citation de  Bernard Thériault, maire de Caraquet

Le CAIENA, qui avait auparavant ses bureaux à Caraquet, est maintenant installé à Shippagan.

Caraquet n'a plus de voix au sein de son conseil d'administration. Sa représentante, qui est également une employée de la municipalité de Caraquet, a remis sa démission la semaine dernière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !