•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eau potable à Pointe-du-Lac : Trois-Rivières compte interpeller le gouvernement

Chargement de l’image

Une verre d'eau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, et le conseiller municipal du district de Pointe-du-Lac, François Bélisle, feront front commun pour demander au gouvernement du Québec de se pencher sur la situation de l’eau potable dans le secteur.

Dernièrement, la santé publique a confirmé à une quarantaine de résidents de Pointe-du-Lac que leur eau de puits est contaminée par des nitrates. Depuis plusieurs années, ces résidents demandent à la Ville d’être raccordés au réseau d’aqueduc municipal.

Lors d’une rencontre de consultation tenue le 5 mai dernier, des représentants de la santé publique ont spécifié que l’eau n’est pas potable, mais traitable.

La Ville n’a pas l’intention de raccorder ces résidences puisqu’elles se trouvent à l’extérieur du périmètre urbain. Le projet n’est donc pas admissible à une subvention gouvernementale.

Une Ville doit travailler pour étendre des réseaux d’aqueduc par exemple à l’intérieur d’une circonférence qui est déterminée par le gouvernement du Québec. […] Ailleurs, on ne peut pas ajouter des services pour faire du développement, a expliqué le conseiller du secteur, François Bélisle.

Des exceptions sont prévues dans les cas d’enjeux de santé publique, a-t-il précisé.

David contre Goliath

En session de travail mardi après-midi, le ton a monté entre le maire Jean Lamarche et le conseiller Bélisle à ce sujet.

Les deux hommes en sont finalement venus à un accord pour interpeller le député Simon Allaire. La Ville considère maintenant qu’il s’agit d’un dossier de santé publique et que c’est à elle de s’en occuper.

Le maire avance que l’aide demandée au gouvernement pourrait par exemple aider les résidents à défrayer les coûts d’un appareil de traitement de l’eau.

Je ne peux pas laisser des citoyens se débrouiller comme David contre Goliath, contre que ce soit la Ville ou le gouvernement, il faut qu’on soit en appui. Je voulais qu’on fasse une résolution, mais finalement on a convenu que c’est beaucoup mieux d’aller personnellement rencontrer le député pour le sensibiliser, a lancé François Bélisle.

Il demande donc qu’un rapport sur la situation soit préparé par le gouvernement, que des solutions soient trouvées et qu’une intervention soit effectuée au niveau des produits utilisés dans les champs pour l’agriculture.

Avec les informations de Julie Grenon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !