•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6,9 M$ pour prévenir l’érosion au cœur du village de Sainte-Flavie

L'érosion côtière.

L'érosion côtière est un enjeu central à Sainte-Flavie (archives).

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Québec octroie 6,9 millions de dollars à la réalisation des travaux de recharge de plage à Sainte-Flavie.

Ces travaux permettront de protéger 77 résidences, commerces, restaurants et hôtels situés en bord de mer qui sont menacés par l'érosion et la submersion côtières.

Ces bâtiments avaient été exclus du dernier programme de déménagement de résidences et de vente aux enchères à Sainte-Flavie, puisque la Municipalité, qui compte environ 440 résidences en tout, voulait une solution plus globale pour les résidences et les commerces situés au centre du village, qui représentent des actifs de 21,9 millions de dollars.

On ne voulait pas les voir être démolis ou même relocalisés, parce que la configuration architecturale de notre communauté aurait été profondément bouleversée, explique le maire, Jean-François Fortin.

« On ne voulait pas dévitaliser le cœur du village. »

— Une citation de  Jean-François Fortin, maire de Sainte-Flavie

Depuis les grandes marées de 2010, la trame urbaine de Sainte-Flavie a déjà beaucoup changé. Plus de 60 maisons ont été déménagées ou démolies. Une vingtaine d'autres devraient subir le même sort.

Une maison qui fait face au fleuve à Sainte-Flavie

L'érosion des berges continue de menacer des résidences à Sainte-Flavie (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Au cours des prochains mois, Sainte-Flavie prendra le temps de trouver les meilleures stratégies pour ce projet de recharge de plage, de consulter sa population et d'apporter des modifications selon les commentaires reçus. Le maire Fortin explique que l'opinion des citoyens est importante pour aller de l'avant.

« On voit que ces phénomènes sont beaucoup plus récurrents, fréquents, et Sainte-Flavie veut agir en prévention plutôt que d'agir en urgence. [...] Ça nous permet d'être partie prenante du changement plutôt que d'en être des victimes. »

— Une citation de  Jean-François Fortin, maire de Sainte-Flavie

On peut juste voir du positif face à ça. Il y a d'autres endroits qui ont fait des recharges où ça casse la vague plus sur le long, estime pour sa part Guillaume Gagnon, le propriétaire du Centre d'art Marcel Gagnon, qui avait subi des dommages de 200 000 $ lors des grandes marées de 2010.

La façade du commerce.

Le Centre d'art Marcel Gagnon à Sainte-Flavie fait partie du secteur visé pour les travaux (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

On a les pieds dans l'eau, ou presque. [...] Cette semaine aussi, il y a eu une grosse marée, ç'a monté sur le bord. On a un bon enrochement, mais je pense que d'ajouter du sable, ça va vraiment aider, dit-il.

Les travaux de recharge ne se concrétiseront toutefois pas avant 2023, et devront être terminés d'ici mars 2025. Ils se dérouleront sur une distance de 1,5 kilomètre, soit entre le quai de Sainte-Flavie et le Centre d'art Marcel Gagnon.

Avec la collaboration de Sophie Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !