•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opioïdes : hausse du nombre de décès et de visites aux urgences pendant la pandémie

Chargement de l’image

Le nombre de décès liés aux opioïdes a augmenté de 45 % en Ontario entre janvier 2020 et juin 2021, passant de 152 à 220.

Photo : Getty Images / Stas_V

Radio-Canada

Le nombre de décès et de visites aux urgences dus à des surdoses d'opioïdes à London, en Ontario, a considérablement augmenté pendant la pandémie de COVID-19, selon un rapport qui sera présenté jeudi au Bureau de santé de Middlesex-London (MLHU).

Selon les statistiques, cette région recensait environ huit décès par mois liés aux opioïdes en 2020. Cette moyenne est passée à quelque 12 décès mensuels en juin 2021.

Quant aux visites aux urgences pour des crises provoquées par les opioïdes, le rapport indique que leur nombre a triplé, passant de 37 admissions en janvier 2020 à 113 en juin 2021.

Il ne s'agit pas d'une situation isolée. Les statistiques de London font écho à des tendances similaires observées dans tout l'Ontario, précise cette analyse.

À l’échelle de la province, le nombre de décès par surdose d'opioïdes a augmenté de 45 % entre janvier 2020 et juin 2021, passant de 152 à 220.

« Les intoxications aux opioïdes continuent de représenter une menace importante pour la santé publique dans la région du Bureau de santé de Middlesex-London. »

— Une citation de  Extrait du rapport qui sera déposé jeudi devant le Bureau de santé de Middlesex-London

D'autres statistiques mentionnées indiquent une utilisation accrue des services destinés aux membres de la population qui sont aux prises avec des problèmes de toxicomanie à London.

  • Les programmes d'échange de seringues : ces programmes permettent de fournir des seringues stériles afin de réduire la transmission du VIH, de l'hépatite et d'autres maladies. En tout, 1,9 million de seringues ont été distribuées en 2021, contre 1,7 million en 2020 et un million en 2019.
  • Distribution de trousses de naloxone : les quantités distribuées ont augmenté de plus de 60 % tout au long de la pandémie. Au total, 8900 trousses de naloxone ont été distribuées et 1252 ont été utilisées en réponse à des intoxications aux opioïdes en 2021, contre 6064 trousses distribuées et 1189 utilisées en 2020. En 2019, 4687 trousses avaient été distribuées et 737 utilisées.
  • Visites du site des Services de consommation et de traitement (CTS) : cet emplacement sur la rue King offre un lieu supervisé où les drogues peuvent être consommées en présence d'un personnel formé. En 2021, le centre a reçu 14 013 visites, effectué 13 932 suivis et recensé 237 surdoses; en 2020, il y a eu 20 047 visites, 810 suivis et 126 surdoses; en 2019, il y a eu 28 859 visites, 1576 suivis et 171 surdoses.
  • Alertes locales aux drogues : elles sont émises à l'intention des consommateurs de drogues et des prestataires de services lorsque la présence de toxines potentiellement mortelles est détectée dans les drogues en circulation. Quatre alertes ont été émises en 2021 et trois en 2020 et en 2019.
  • Approvisionnement plus sûr : ce programme fournit un approvisionnement sûr en médicaments opioïdes aux personnes jugées à risque de surdose. Lancé en 2016, le programme est géré depuis le London InterCommunity Health Centre (LIHC), sous la direction du Dr Andrea Sereda. 280 personnes y ont recours et le programme affiche des résultats probants. Le rapport du MLHU indique une incidence plus faible des visites aux urgences, de l'utilisation de drogues intraveineuses et du recours à la prostitution de survie.

La crise des opioïdes a continué de s'aggraver pendant la pandémie de COVID-19, potentiellement exacerbée par les difficultés rencontrées par les clients pour avoir accès à de nombreux services en personne, analyse aussi ce rapport, qui sera présenté devant le Conseil de santé lors de sa réunion jeudi.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !