•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre grands projets archivistiques pour la Société historique de Saint-Boniface

Centre du patrimoine

Une exposition sur Georges Forest se prépare au Centre du patrimoine

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

La Société historique de Saint-Boniface (SHSB) profitera de subventions du gouvernement pour quatre projets destinés à mettre en valeur des archives.

Elle traitera notamment des documents dans le fonds Georges et Anita Forest, ou encore améliorera son lexique de recherche afin qu'il soit respectueux des Autochtones. La SHSB consacrera 10 550 $ à ces projets. La subvention, elle, est de 27 000 $ au total.

C'est toujours super encourageant. On fait environ de quatre à six projets chaque année financés par la province. Ça nous aide à continuer notre bon travail, à accomplir notre mission d'acquérir, préserver et mettre en valeur le patrimoine francophone et métis du Manitoba et de l'Ouest canadien, lance la directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface, Janet La France.

Elle explique que plusieurs nouveaux documents personnels ont été ajoutés au fonds d'archives Georges et Anita Forest et doivent être correctement répertoriés.

C'est vraiment dans le but de créer une exposition sur Georges Forest et sa vie de politicien, d'activiste et son implication au sein de la communauté francophone au cours de sa vie.

Janet La France indique que l'exposition devrait voir le jour en 2024, pour marquer les 100 ans de la naissance de celui qui a été un des plus grands défenseurs du fait français au Manitoba.

À l'heure actuelle, l'équipe de la Société historique de Saint-Boniface doit passer à travers le fonds d'archives pour sélectionner ce qui sera mis en valeur.

Une femme devant un tas de livres.

Janet La France, la directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface (archives)

Photo : Radio-Canada

Des termes plus respectueux des Autochtones

Dans un autre projet d'envergure, l'équipe de la Société historique révisera sa base de recherche pour changer la terminologie de plusieurs documents afin de les rendre plus respectueux des Autochtones et plus [facilement trouvables], fait valoir Mme La France.

Ça fait longtemps qu'on dépouille les archives et souvent on voit de la terminologie désuète et pas très respectueuse. Aussi, il manque souvent du contexte, dit-elle.

Ainsi, l'équipe mettra à jour toutes les descriptions pour inclure les noms en français, en anglais et les noms autochtones des communautés. Les documents seront aussi classés selon les traités autochtones du Canada.

D'autres projets en cours

La SHSB compte utiliser 10 000 $ de la subvention pour améliorer l’accès audiovisuel de son site Web. Le but est de mettre en valeut plusieurs heures d'enregistrement du premier curateur du musée de Saint-Boniface, l'historien Henri Létourneau, afin d'en faciliter l'écoute et la recherche d'extraits, explique Janet La France.

Ce dernier, dans les années 60 et 70, a réalisé un projet pour préserver les histoires orales du peuple métis et des francophones.

L'équipe de la Société historique de Saint-Boniface planche également sur la préservation des photos numériques jamais publiées du journal La Liberté, dans un fonds d'archives entièrement virtuel. Les plus vieilles photos remontent à 2003.

Six mille cinq cents dollars tirés de la subvention seront utilisés pour ce projet, qui se veut un test technologique.

Là, c'est regarder comment on peut créer les conditions idéales pour garder ces documents à long terme. C'est quand même un défi! Ça va inclure des sauvegardes [au centre du patrimoine] et hors site et aussi du stockage sur un nuage, explique la directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface.

Le but, dit-elle, est de déterminer la meilleure façon de créer un espace archivistique virtuel.

Il faut s'assurer que les documents maintiennent une intégrité, que le format ne change pas au fil des ans et que ça ne peut pas être manipulé par les gens à l'extérieur de l'organisation.

Tous ces projets doivent être terminés d'ici la fin mars 2023. Ils seront réalisés par les employés actuels du Centre du Patrimoine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !