•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alliance de la Fonction publique déclare l’impasse dans les négociations

Une affiche extérieure comporte le logo de l'Alliance.

L'AFPC a déclaré l'impasse dans les négociations avec le gouvernement fédéral.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Le plus grand syndicat du secteur public fédéral au Canada dit avoir déclaré l'impasse dans les négociations avec Ottawa et prévoit déposer une demande de conciliation dans l'espoir de parvenir à un règlement.

L'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) affirme que le gouvernement fédéral n'a pas fourni d'offre salariale qui protège les travailleurs contre la montée de l'inflation. 

Le syndicat demande une augmentation salariale moyenne de 4,5% sur trois ans. Je conduisais tantôt, le prix de l’essence, c’est rendu 2 piastres du litre. [...] Pour l’AFPC, c’est une priorité dans cette ronde parce que les employés de la fonction publique fédérale n’ont pas eu d’augmentation économique en ligne avec le coût de la vie depuis plusieurs rondes de négociation, explique Alex Silas, vice-président exécutif régional de l’AFPC. 

L’AFPC indique qu'Ottawa a offert des augmentations de salaire de 1,75 % en moyenne par année sur une convention collective de quatre ans.

Le syndicat représente plus de 120 000 travailleuses et travailleurs de la fonction publique fédérale actuellement en négociation avec le Conseil du Trésor du Canada. 

C’est la plus grande unité de négociation pas seulement au Canada, mais en Amérique du Nord. [...] Ce standard va avoir un effet dans tous les secteurs à travers le pays. poursuit M. Silas.

Le syndicat affirme que d'autres revendications clés incluent la lutte contre le racisme systémique dans la fonction publique fédérale et l'amélioration des lieux de travail post-pandémiques avec plus d'options de travail à distance et le droit de se déconnecter.

« La nature de comment on travaille va être changée pour toujours. [...] Au début de la pandémie, les travailleurs se sont adaptés rapidement pour fournir des services essentiels à la population. [...] Les responsabilités familiales ont été bouleversées pendant la pandémie. On ne veut pas retourner à ce que c’était avant. [On veut que l’employeur] reconnaisse la nature changeante de comment on travaille. »

— Une citation de  Alex Silas, vice-président exécutif régional de l’AFPC pour la région de la capitale nationale

Le syndicat se dit prêt à aller jusqu’à la grève s’il le faut. « Les membres sont frustrés, ils sont insultés par l’offre de 1,75%. [...] On va se battre tant et aussi longtemps qu’on a besoin pour avoir un contrat équitable. » conclut M. Silas. 

Réaction du Conseil du trésor

Le Conseil du trésor a réagi mercredi en déplorant que le syndicat ait quitté la table de négociations. Nous sommes déçus que l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) ait quitté la table de négociation à cette étape des négociations et qu’elle confirme officiellement cette décision à l’employeur dans les médias. L’AFPC demande des augmentations annuelles moyennes allant jusqu’à 14 %, y compris la rémunération et d’autres dispositions, pour tous ses groupes. a déclaré par courriel le responsable des relations avec les médias du Conseil du trésor, Barb Couperus. 

« Nous restons déterminés à négocier de bonne foi et à conclure des ententes qui sont équitables pour les employés et raisonnables pour la population canadienne et nous continuerons de prendre des mesures constructives pour faire progresser les négociations. »

— Une citation de  Barb Couperus, responsable des relations avec les médias du Conseil du trésor

Mandat de grève pour les employés du Centre national des Arts

Les 200 employés syndiqués du Centre national des Arts (CNA) ont voté pour un mandat de grève. Les membres du groupe du Service des immeubles et de celui des placeuses et placeurs et du personnel de la billetterie travaillent sans contrat depuis 2018 et 2019 respectivement. Ils sont aussi représentés par l’AFPC.

Les travailleuses et travailleurs du Centre national des Arts en ont vu de toutes les couleurs, entre les fermetures pour cause de pandémie et le convoi qui a affecté les opérations , a déclaré Alex Silas. Mais le gouvernement fédéral a fourni 35,4 millions de dollars au CNA pour l'aider à rouvrir, alors pourquoi les travailleuses et travailleurs ne se voient-ils pas offrir des augmentations salariales équitables ?

Avec les informations de La presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !