•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC a une nouvelle équipe pour les victimes de crimes sexuels à Wood Buffalo

Chargement de l’image

L’Unité d’enquête spécialisée est composée de sept agents, dont une caporale. Elle se concentre sur les enquêtes relatives aux agressions sexuelles et à la violence familiale avec une approche plus complète et plus humaine.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a mis sur pied une équipe spécialisée pour mieux prendre en charge les victimes de crimes sexuels dans la région de Fort McMurray, en Alberta.

La nouvelle Unité d’enquête spécialisée du détachement de Wood Buffalo est composée de sept agents nouvellement formés. Elle s'occupe des enquêtes liées aux agressions sexuelles et à la violence familiale avec une approche plus complète et plus humaine.

L'Unité examine les dossiers d'agression sexuelle et soutient les agents enquêteurs. Lorsque l'incident est plus complexe, elle prend en charge l'enquête, explique Miranda Williams, la caporale responsable du groupe.

Cette dernière a travaillé pendant des années pour améliorer le système après avoir examiné les dossiers de violence domestique et constaté des lacunes.

Elle a proposé de mettre le projet sur pied en s'inspirant d'une unité semblable à Grande Prairie.

« Je voulais que ces enquêtes soient meilleures et qu'elles soient plus efficaces pour les clients. »

— Une citation de  Miranda Williams, caporale responsable de l’unité

La caporale Williams dit que, le programme ayant débuté en janvier, il est trop tôt pour avoir des données concrètes sur son succès. Cependant, il aide déjà les gens à se sentir plus à l’aise quand ils parlent avec la GRC.

Des clients reviennent nous voir et nous disent que c'est la première fois qu’[ils se sentent] écoutés, raconte Miranda Williams.

Elle ajoute que, grâce au soutien de l'unité, les preuves recueillies lors du dépôt des accusations sont plus solides.

Janine Kaegan, coordonnatrice du programme d'aide aux victimes d'agression sexuelle de Waypoints, un organisme sans but lucratif qui travaille souvent avec la GRC, se réjouit que la GRC ait compris la nécessité de créer cette unité.

J'espère que les victimes obtiendront davantage ce dont elles ont besoin et bénéficieront d'une approche tenant compte des traumatismes, où ce qu'elles ont vécu sera compris et validé, dit-elle.

Beaucoup de victimes

L'association des services d'aide aux victimes d'agression sexuelle de l'Alberta (Alberta Sexual Assault Services) a publié une étude en 2020, selon laquelle environ 1,8 million d'Albertains ont subi une forme de violence sexuelle.

Le rapport a également révélé qu'environ un enfant sur trois avait subi des abus sexuels.

Janine Kaegan affirme toutefois que seulement 3 à 5 % des personnes signalent les cas de violence sexuelle.

La caporale Williams espère obtenir un taux de condamnations plus élevé à mesure que le programme se poursuit. Elle aimerait également travailler avec l'équipe d'intervention en cas d'agression sexuelle de Services de santé Alberta.

Idéalement, Miranda Williams aimerait que l’Unité d’enquête spécialisée soit en mesure d'enquêter sur tous les cas d'agression sexuelle et de violence familiale dès le départ.

Elle souhaite aussi que les membres de la GRC reçoivent davantage de formation sur les techniques tenant compte des traumatismes.

Ce n'est pas un objectif élevé. Je pense que nous pouvons accomplir tout cela, affirme-t-elle.

Avec les informations de Jamie Malbeuf

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !