•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des routes endommagées en Mauricie en raison des importantes précipitations

Le secteur de Parent est coupé du reste du monde à cause d’inondations sur des chemins forestiers.

Une voiture du ministère des Transports est stationnée près du trou formé dans un ponceau.

Certaines routes ont même dû être fermées pour procéder à des travaux d’urgence.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Les importantes quantités de précipitations reçues dans les derniers jours ont affaibli voire endommagé certaines routes de la Mauricie. Certaines ont même dû être fermées pour procéder à des travaux d’urgence.

La route 155, à la hauteur du kilomètre 97, tout juste avant l’entrée de la ville, est fermée en direction sud puisque l’eau inondait la chaussée. Le ministère des Transports (MTQ) procède donc depuis très tôt mercredi matin à un rehaussement de la route dans ce secteur pour éviter la fermeture complète de ce lien important vers la Haute-Mauricie.

On va entasser une quantité importante de matériaux granulaires sur une distance d’environ 500 mètres dans le secteur qui est le plus vulnérable. Ça va permettre d’avoir une voie qui va être rehaussée, explique la porte-parole du MTQ, Roxane Pellerin, au micro de l'émission Toujours le matin.

Bien qu’aucune autre route appartenant au ministère ne se trouve dans une situation semblable à l’heure actuelle, Mme Pellerin affirme que des secteurs sont tout de même sous surveillance, notamment dans le secteur de Trois-Rives. Des équipes sont prêtes à intervenir le cas échéant.

La sécurité civile s’attend à ce que le niveau de l’eau continue de monter même si les précipitations ont cessé. La rivière Croche a d’ailleurs franchi le seuil d’inondation mineure.

On s’attend à ce que ça monte encore pour au moins encore une journée ou deux certainement. Il n’y aura pas de stabilisation avant cette période-là. La bonne nouvelle, c’est qu’on n’attend pas de nouvelles précipitations qui vont venir aggraver, augmenter encore plus les apports [en pluie] et il fait froid encore la nuit au nord, donc ça ralentit un peu la fonte des neiges. Par contre, il faut être prudent, les chemins forestiers sont à risque, explique Sylvain Gallant, directeur de la sécurité civile et incendie pour la Mauricie et le Centre-du-Québec.

Ce dernier qualifie tout de même la situation d'assez préoccupante.

Parent isolé

Environnement Canada rapportait mardi que 60 à 70 millimètres de pluie s’étaient abattus sur le secteur de Parent et du réservoir Gouin entre lundi et mardi.

Les chemins forestiers 25 et 10, qui permettent de se rendre de La Tuque à Parent, sont impraticables. Ceux qui désiraient emprunter la route par Mont-Laurier pour se rendre à Parent devront prendre leur mal en patience : le chemin de Parent est complètement fermé à la hauteur de la rivière Mitchinamecus.

Le secteur est donc coupé du reste du monde, explique la directrice des communications à la Ville de La Tuque, Hélène Langlais. Elle assure cependant que la population est en sécurité, puisque des pompiers et la Sûreté du Québec sont sur place. Ce sont d’ailleurs les policiers qui coordonneront les évacuations médicales par la voie des airs si nécessaire.

À Obedjiwan, la route 212 reliant le village et le secteur du Lac-Ashuapmushuan, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, est complètement fermée. Des photos sur les réseaux sociaux montrent un trou béant dans la route.

Plus au sud, à Saint-Alexis-des-Monts, le rang des Pins-Rouges a été endommagé dans la nuit de lundi à mardi. Des travaux ont dû être effectués mardi et la circulation y est maintenant permise en alternance.

Un appel aux villégiateurs

Par ailleurs, la Ville de La Tuque demande aux villégiateurs qui comptaient se rendre à leur chalet pour la longue fin de semaine d’éviter le secteur forestier.

On apprend presque toutes les heures qu’il y a des bouts de chemins qui partent, c’est très dangereux. On aimerait que les gens qui sont en villégiature évitent le secteur pour encore plusieurs jours, peut-être facilement une à deux semaines, poursuit Hélène Langlais.

Ailleurs dans la région, des secteurs riverains au fleuve Saint-Laurent sont sous surveillance par la sécurité civile, mais Sylvain Gallant affirme qu’une inondation comme à Québec mardi est peu probable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !