•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé, un enjeu clé dans la circonscription d’Ottawa-Ouest-Nepean

Des résidents se disent préoccupés par la question des soins primaires, des soins communautaires et des soins de longue durée

Chargement de l’image

Le recrutement, la rémunération et la rétention des travailleurs de la santé dans les hôpitaux, les foyers de soins de longue durée et les établissements de soins à domicile pourraient être un enjeu dans les urnes pour de nombreux électeurs d'Ottawa-Ouest-Nepean.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

Avec une population vieillissante et une grande partie des résidents de la circonscription employés dans le secteur des soins, les électeurs d'Ottawa-Ouest-Nepean pourraient faire de la santé - en particulier les soins aux personnes âgées - un enjeu central de leur choix dans l’isoloir.

Suzanne Barnett, une infirmière à la retraite qui visitait la plage Britannia avec ses anciens collègues, raconte que quatre des cinq personnes présentes ce jour-là ont récemment perdu leur médecin de famille et ont eu du mal à en trouver un nouveau.

C'est la chose la plus importante pour moi en ce moment, les soins de santé, pas les autoroutes, dit Mme Barnett, qui travaillait au Centre de santé mentale, Le Royal, à Ottawa.

Les cinq amis ont également parlé, entre autres, du projet de loi 124, le projet de loi progressiste-conservateur qui a plafonné les salaires du secteur public, incluant celui des infirmières.

Il n'y a pas assez d'infirmières. Elles partent. Elles se sont épuisées depuis la COVID. Elles ne gagnent pas assez d'argent, estime Mme Barnett.

Chargement de l’image

Suzanne Barnett, une infirmière à la retraite d'Ottawa-Ouest-Nepean, explique que les soins de santé sont l'enjeu qu'elle surveillera le plus lors des élections provinciales de 2022.

Photo : Radio-Canada

Elle souhaite également voir une amélioration du secteur des soins de longue durée, qui, selon elle, était mal préparé à la pandémie.

Ottawa-Ouest-Nepean risque d’être une circonscription très disputée lors des élections provinciales du 2 juin. En 2018, le progressiste-conservateur, Jeremy Roberts, a battu sa plus proche rivale, Chandra Pasma du Nouveau Parti démocratique (NPD), par seulement 175 voix, renversant le ministre libéral sortant, Bob Chiarelli.

M. Roberts et Mme Pasma sont de nouveau candidats cette année, aux côtés de Sam Bhalesar pour les libéraux et de Steven Warren pour les verts.

CBC News s'est entretenu avec des électeurs de la circonscription qui souhaitent également que les candidats provinciaux travaillent sur l’enjeu du pouvoir d'achat, de l'éducation et des garderies.

La circonscription abrite l'une des populations les plus âgées de la ville et une grande partie des résidents sont employés dans le secteur de la santé et des services sociaux, ce qui laisse penser que les soins médicaux et les soins aux personnes âgées seront une priorité majeure pour les électeurs.

Les travailleurs de la santé se sentent sous-estimés

Katherine Ross, une infirmière superviseure de Carefor Health & Community Services, vit dans la circonscription. Elle dit que Carefor fournit déjà des services à de nombreux résidents de la région, à la fois à domicile et à la clinique de l'avenue Carling. Elle estime toutefois que les personnes qui travaillent dans son domaine sont sous-estimées.

La [charge de travail] augmente et pourtant la main-d'œuvre diminue, dit-elle.

Chargement de l’image

Katherine Ross, une infirmière superviseure chez Carefor qui vit à Ottawa-Ouest-Nepean, affirme que l'organisme de bienfaisance à but non lucratif dessert de nombreux clients dans la circonscription.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Elle juge que les responsabilités des infirmières en soins à domicile ont augmenté, incluant désormais des procédures plus complexes, comme la chimiothérapie ou les soins palliatifs, mais que cela n'a pas été reconnu.

L'écart salarial entre les hôpitaux et les soins à domicile, ça ne rend pas le domaine attrayant.

Alors que les politiques de soins à domicile sont présentées comme un moyen de garder les gens hors des établissements de soins de longue durée, les personnes souffrant de soins complexes comme la démence peuvent nécessiter des soins 24 heures sur 24.

Ottawa-Ouest-Nepean abrite également plusieurs établissements de retraite et de soins de longue durée, tels que l’établissement privé Revera Carlingview Manor et le foyer Peter D. Clark géré par la Municipalité.

Des changements réclamés dans les soins de longue durée

CARP Ottawa, la section locale de l'Association canadienne des individus retraités, a lancé une campagne intitulée Change LTC Now, appelant les partis provinciaux à soutenir la restructuration des foyers de soins de longue durée.

Le problème est que si on ne fait rien maintenant, alors que les gens comprennent enfin quels sont les problèmes, les gens vont oublier, juge Kathy Wright de CARP Ottawa.

Chargement de l’image

Le foyer de soins de longue durée Carlingview Manor, à Ottawa, en juillet 2021, se trouve dans la circonscription.

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Mme Wright explique que l'objectif est de passer de soins basés sur les tâches à des soins basés sur les émotions, ce qui crée une petite communauté de type familial dans les résidences et implique tout le personnel fournissant de l’aide.

Quand on y pense, on parle de créer une maison, illustre-t-elle.

Alors que le NPD, les libéraux et les verts de l'Ontario se sont tous engagés à modifier le modèle des soins de longue durée pour supprimer les entreprises à but lucratif, Mme Wright indique être moins préoccupée par cette question que par la réglementation et la redevabilité pour des soins de qualité.

La réponse des candidats

Mme Pasma assure que le NPD veut faire en sorte que les soins à domicile et les soins de longue durée soient à but non lucratif, de sorte que l'argent qui irait normalement aux actionnaires soit investi dans l'amélioration des soins, établie par de nouvelles normes réglementaires. Le programme du parti comprend un milliard de dollars pour les soins à domicile.

Nous pensons que tout cet argent devrait être consacré aux soins, afin de fournir le meilleur niveau de soins aux personnes âgées et aux personnes handicapées, argumente-t-elle.

Chargement de l’image

En 2018, le progressiste-conservateur Jeremy Roberts l'a emporté avec seulement 175 voix devant la néo-démocrate Chandra Pasma dans la circonscription d'Ottawa-Ouest Nepean (archives).

Photo : Radio-Canada / Montage/Parti progressiste-conservateur de l'Ontaio/Nouveau Parti démocratique de l'Ontario

La candidate libérale, Sam Bhalesar, emploie à la fois des préposés aux services de soutien à la personne et des infirmières, chez elle, où elle s'occupe de sa mère. Elle promet que le plan de son parti va étendre les soins à domicile à 400 000 personnes âgées de plus et augmenter le salaire des préposés aux services de soutien à la personne à 25 $ l'heure.

Nous allons au-devant de graves problèmes, si nous ne prenons pas de bonnes décisions dès maintenant, estime Mme Bhalesar.

Le candidat vert Steven Warren, dont la mère est infirmière, juge que les soins de santé sont clairement une priorité dans la circonscription. Il rappelle que son parti appuie également l'augmentation des salaires à 25 $ l'heure pour les préposés aux services de soutien à la personne.

Le programme du Parti vert comprend un groupe de travail dirigé par des infirmières sur le recrutement, la rétention et la sécurité des infirmières.

Le Parti progressiste-conservateur indique que M. Roberts n'était pas disponible pour une entrevue et n'a fourni aucune réponse aux questions posées dans ce dossier.

Avant les élections, la ministre de la Santé de l'époque, Christine Elliott, avait annoncé un milliard de dollars pour étendre les services de soins à domicile au cours des trois prochaines années.

Le gouvernement Ford a également annoncé qu'il embaucherait davantage de personnel de soins de longue durée, créant de nouvelles places et augmentant le temps consacré aux soins directs à quatre heures.

Avec les informations de Matthew Kupfer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !