•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 1000 combattants ukrainiens d’Azovstal ont maintenant rendu les armes

Chargement de l’image

Cette image extraite d'une vidéo publiée par le ministère russe de la Défense montre un soldat russe qui fouille un combattant ukrainien sorti de l'usine d'Azovstal.

Photo : La Presse canadienne / Service de presse du ministère russe de la Défense

Radio-Canada

Près de 1000 combattants ukrainiens sont maintenant sortis des entrailles de l'usine d'Azovstal, à Marioupol, pour se rendre aux forces russes et prorusses qu'ils ont férocement combattues depuis près de trois mois, a annoncé mercredi Moscou.

Au cours des dernières 24 heures, 694 combattants, dont 29 blessés, se sont constitués prisonniers. Depuis le 16 mai, 959 combattants, dont 80 blessés, se sont constitués prisonniers, a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué ne donnant aucune indication sur le sort qui leur a été réservé.

Lundi, la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Malyar, avait rapporté 53 blessés graves […] évacués d’Azovstal vers Novoazovsk pour assistance médicale et 211 autres […] transportés à Olenivka par un couloir humanitaire. Kiev n'a cependant pas commenté cette deuxième vague de redditions.

L'État fait tout son possible pour assurer le sauvetage de nos militaires. Attendons. Actuellement, le plus important est de sauver la vie de nos héros, a justifié le porte-parole de l'armée Oleksandr Motouzaynik. Toute information donnée au public pourrait mettre en danger cette opération.

Malheureusement, le sujet est très sensible et des discussions très fragiles se déroulent aujourd'hui, a pour sa part expliqué le maire de Marioupol, Vadim Boïtchenko, évoquant des pourparlers impliquant le président ukrainien Volodymyr Zelensky, la Croix-Rouge et les Nations unies.

Chargement de l’image

Des combattants ukrainiens quittent l'usine d'Azovstal, où ils étaient retranchés depuis près de trois mois.

Photo : La Presse canadienne / Service de presse du ministère russe de la Défense

Les villes de Novoazovsk et d'Olenivka sont sur le territoire de la république prorusse autoproclamée de Donetsk, dans le sud-est de l'Ukraine, qui a déclaré son indépendance au terme du conflit de 2014. Moscou a reconnu son indépendance, ainsi que celle de la république autoproclamée de Louhansk, avant le début de la guerre.

Selon le président de la république séparatiste de Donetsk, Denis Pouchiline, les principaux commandants des derniers défenseurs de Marioupol, constitués de combattants du régiment Azov et de la 36e brigade de la marine nationale, demeurent toutefois retranchés dans les bunkers du complexe métallurgique.

Parmi les gens qui se sont rendus, a-t-il déclaré à une agence de nouvelles locale, il n'y a aucun commandant de plus haut niveau; ils n'ont pas quitté les lieux, a-t-il dit. Jusqu'ici, du moins.

Les autorités ukrainiennes ont fait savoir au début de la semaine qu'ils entendaient échanger les soldats qui se sont rendus contre des prisonniers de guerre russe. Aucun échange du genre n'a cependant été publiquement évoqué par Moscou.

Selon M. Pouchiline, le sort des criminels de guerre et des nationalistes qui ont déposé les armes devrait plutôt être décidé par les tribunaux.

Chargement de l’image

Quelques soldats éclopés faisaient partie des combattants ukrainiens évacués d'Azovstal.

Photo : La Presse canadienne / Service de presse du ministère russe de la Défense

Ces propos font écho à ceux de parlementaires russes, qui ont ouvertement déclaré mardi que les combattants du régiment Azov, connu pour avoir eu des liens avec l'extrême droite, ne devraient pas remis aux Ukrainiens. Le Kremlin a justifié son invasion de l'Ukraine par la nécessité de combattre des néonazis.

L'un d'eux, Leonid Slutsky, a même évoqué qu'ils soient condamnés à mort, même si des peines capitales ne sont plus prononcées depuis 25 ans en Russie.

Selon l'agence russe Interfax, le procureur général de la Russie a demandé à la Cour suprême du pays de désigner le régiment Azov organisation terroriste. L'audience devant le plus haut tribunal du pays serait prévue le 26 mai.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !