•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un camionneur enlisé dans la boue sauvé in extremis à Eastman

Des premiers répondants travaillent autour d'un camion penché dans un trou rempli de boue.

Le camion s'était enlisé dans la boue.

Photo : Gracieuseté du Service de sécurité incendie de la municipalité d'Eastman

Radio-Canada

Un accident a bien failli coûter la vie à un camionneur lundi à Eastman. Il a dévié de sa route, puis son camion s'est renversé dans un fossé et s'est enlisé dans la boue. Le conducteur du véhicule s’en est tiré de justesse grâce à l’intervention d’une bonne samaritaine qui l'a aidé à garder la tête hors de l’eau en attendant les premiers répondants.

Un camion 12 roues qui venait de se faire charger à la carrière du Groupe Lapalme est venu sur le chemin. Le monsieur a perdu la maîtrise de son véhicule, qui est tombé dans le fossé et a viré sur le côté, raconte le directeur du Service des incendies d'Eastman, Daniel Lefebvre. 

Il est tombé à l’intérieur de son camion, à notre droite, qui est le côté du passager. La vitre en avant s’est brisée. La boue et l’eau sont tombées à l’intérieur, et le monsieur est resté pris dans le camion, indique M. Lefebvre. 

C’était rendu critique. L’eau était rendue presque aux voies respiratoires du monsieur, on avait une bonne samaritaine qui le tenait, ajoute le lieutenant du Service des incendies d’Eastman, Réjean Bouthillier. 

Cette bonne samaritaine, c'était Karine Lareau, la première personne arrivée sur les lieux de l'accident. Elle conduit des camions depuis presque un an. Auparavant, elle a été ambulancière pendant 20 ans. Quand elle a aperçu le véhicule couché dans le fossé, elle a tout de suite su que le temps pressait.

En général, dans les fossés comme ça, si les gens sont coincés, ils vont se noyer. Trente secondes de plus, il était mort, souligne-t-elle. 

Un autre camionneur s’est arrêté pour appeler les secours alors qu'elle fracassait la vitre du côté conducteur avec un marteau.

Il parlait de ses petits-enfants, il voulait voir ses petits-enfants, c’était la panique un peu. Tout ce que je pouvais faire, car j’ai calé jusqu’à la taille dans la boue, c'était de tirer sur son t-shirt assez pour lui sortir la tête de l’eau. Je n’étais pas capable de le sortir plus, il était enlisé jusqu’au thorax, remarque-t-elle. 

« Tous les intervenants d’urgence pourraient dire la même chose. [...] L’important, c’est de donner assez de temps aux gens pour qu’ils puissent se rendre à l’hôpital sains et saufs. »

— Une citation de  Karine Lareau 

Les premiers répondants ont ensuite pris la relève.

Des premiers répondants travaillent autour de la fenêtre du conducteur d'un camion enlisé dans la boue.

Les premiers répondants ont réussi à sortir le conducteur du camion de son véhicule.

Photo : Gracieuseté du Service de sécurité incendie de la municipalité d'Eastman

C’était assez profond. Quand on marchait dans la vase, on pouvait caler jusqu’à la taille. Quand on faisait une manœuvre, l’eau entrait dans la cabine [...] La première répondante est descendue dans la boue avec le monsieur dans la cabine. Elle avait de la boue jusqu’au cou et a travaillé pour dégager les jambes et les bras du monsieur pour qu’on puisse l’extirper du véhicule, indique Réjean Bouthillier. C’était assez serré. On a dû, avec les pompiers de Magog, travailler en équipe pour faire une ouverture un peu plus grande au niveau de la toiture et de la porte pour pouvoir travailler avec plusieurs paires de bras.

La victime devait passer quelques examens à l'hôpital. Sa conjointe a toutefois confirmé à Radio-Canada qu'il va bien. Cette nouvelle réjouit Karine Lareau. Il est vivant. C’est tout ce que je peux dire. Aujourd’hui, il est avec ses petits-enfants et sa famille, et il va pouvoir tout leur raconter!

Avec les informations de Guylaine Charette 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !