•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de logements : le CISSS des Îles songe à un projet immobilier

Chargement de l’image

Pour le CISSS des Îles, le manque de logements est un frein au recrutement de main-d’œuvre (archives).

Photo : CBC

Chargement de l’image

La pénurie de logements est si importante aux Îles-de-la-Madeleine que le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) projette de mettre en marche un projet immobilier pour loger ses employés et ainsi faciliter le recrutement.

La présidente-directrice générale du CISSS des Îles affirme que l'idée est encore embryonnaire, mais qu'une réflexion en ce sens est bel et bien commencée à l'interne, avec l'aval du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Sophie Doucet explique que cette démarche est nécessaire, car l'absence de logements est un véritable frein à l'embauche de travailleurs, dans un contexte où la main-d’œuvre est déjà difficile à trouver.

La problématique de logements aux Îles-de-la-Madeleine devient pour nous un problème de recrutement, affirme Mme Doucet. C’est une situation qui me préoccupe énormément.

« On aurait parfois la capacité d’embaucher les personnes, mais les personnes refusent un poste parce qu’elle ne trouve tout simplement pas de logement chez nous. »

— Une citation de  Sophie Doucet, présidente-directrice générale du CISSS des Îles

Pour l'instant, plusieurs idées sont sur la table quant à la forme qu'un tel projet immobilier pourrait prendre.

C’est encore très embryonnaire, on est à l’étape des idées, précise Mme Doucet. Est-ce que ça pourrait être des maisons en rangée, un parc de minimaisons, est-ce que ça pourrait être un bloc avec des appartements? Toutes les possibilités sont sur la table.

Chargement de l’image

Sophie Doucet se dit «énormément préoccupée» par la pénurie de logements dans l'archipel (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Sophie Doucet explique que les modalités de financement d’un tel projet sont aussi à l'étude.

Est-ce que le CISSS serait propriétaire, est-ce qu’on demanderait à notre fondation d’être partenaire?, questionne-t-elle. Idéalement, j’aimerais bien que ça soit un promoteur qui accepte de faire le projet. Le CISSS louerait ces logements-là. Notre métier ce n’est pas de faire de l’immobilier. Il y a beaucoup de choses auxquelles il faut réfléchir.

Si un tel projet se réalise, ce sera aux travailleurs de payer le coût du logement et non au réseau de santé madelinot.

Le CISSS des Îles n’est pas autorisé à offrir le logement à ses employés, contrairement à certaines régions comme le Nord-du-Québec ou la Basse-Côte-Nord, mais on veut réfléchir à une manière dont on pourrait démarrer un projet de logement pour qu’au moins les employés aient une option, explique Sophie Doucet.

Actuellement, le CISSS des Îles réquisitionne une cinquantaine de chambres dans des maisons privées ou des lieux d’hébergement touristique pour loger ses travailleurs et la main-d’œuvre indépendante. Cet été, ce nombre devrait grimper à 90 chambres.

Chargement de l’image

Le CISSS des Îles a fait l'acquisition du Madeli l'hiver dernier pour héberger ses travailleurs et créer des espaces de bureaux (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L’acquisition de l’Auberge Madeli par le CISSS des Îles rendra accessibles une trentaine de chambres aux travailleurs de la santé. L’organisation prévoyait au départ aménager une quinzaine de lofts à l’automne, mais elle a finalement lancé les travaux plus tôt que prévu pour rendre disponibles 30 chambres dès cet été en raison des importants besoins d’hébergement.

La direction du réseau de santé madelinot espère que les travaux en cours dans l’ancien hôtel seront terminés à temps pour le 1er juillet.

Un déficit en vue

Par ailleurs, tout indique que le CISSS des Îles terminera son année financière 2021-2022 avec un déficit budgétaire, une situation qui n'est pas étrangère aux défis de recrutement liés au manque de logements.

Au terme de la 12e des 13 périodes budgétaires, l'établissement de santé madelinot comptabilise un déficit de plus de 671 641 $.

Il s’agit toutefois d’une embellie par rapport au déficit de 3,3 millions de dollars anticipé en février et celui de 4,8 millions attendu lors de l’adoption du budget en mai 2021.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a depuis confirmé de nouvelles sources de financement et certaines dépenses ont été revues à la baisse ce qui a permis de se rapprocher quelque peu de l'équilibre budgétaire.

Chargement de l’image

Au CISSS des Îles, le coût de la main-d'œuvre indépendante a explosé au cours des dernières années, car de nombreux postes ne sont pas pourvus (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le CISSS des Îles a adopté un plan de redressement budgétaire de 2,5 millions de dollars l'automne dernier. Il visait notamment à réduire le recours à la main-d’œuvre indépendante qui constitue la principale cause du déficit, mais les mesures n'ont pas donné les résultats escomptés.

Mardi soir, lors de la séance du conseil d'administration, la PDG du CISSS n’était pas en mesure de fournir les estimations les plus récentes des coûts liés à la main-d’œuvre indépendante pour l’année 2021-2022 qui n’est pas encore bouclée.

En février, la direction du CISSS des Îles anticipait une facture de 5,97 millions liée à l’embauche des travailleurs indépendants en 2021-2022, soit un montant 56 fois plus élevé qu'en 2017-2018.

Si le déficit budgétaire pour l'année 2021-2022 se confirme, le CISSS des Îles devra tenter de l'éponger dans son budget 2022-2023 dont l'adoption aura lieu jeudi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !