•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de près de 800 M$ pour un nouveau Musée royal de la C.-B. à Victoria divise

Les murs extérieurs du Musée royal de la Colombie-Britannique à Victoria.

Le Musée royal de la Colombie-Britannique est situé à Victoria.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Radio-Canada

L’annonce de la construction du nouveau Musée royal de la Colombie-Britannique à Victoria fait des vagues. Les Libéraux dénoncent un projet frivole du premier ministre alors que d’autres, au contraire, saluent un investissement jugé nécessaire.

À une époque où les gens ont du mal à joindre les deux bouts, je pense que tout le monde remet en question les priorités du gouvernement et là où l’argent est dépensé, indique le porte-parole officiel de l'opposition en matière de finances, Peter Milobar, qui a été très surpris par cette annonce vendredi.

« La réalité c’est qu’on dirait qu’il s’agit d’un projet frivole du premier ministre qui a longtemps parlé de son amour pour l’histoire. »

— Une citation de  Peter Milobar, porte-parole officiel de l'opposition en matière de finances

En plus de besoins d’investissement en santé et en logement, Peter Molibar indique que plusieurs autres musées à travers la province auraient eux aussi besoin d’un soutien financier du gouvernement après avoir souffert des conséquences de la pandémie de COVID-19.

Le député dénonce également l’absence de plan clair pour la construction du nouveau musée justifiant le montant de 789 millions de dollars qui lui est alloué. Il note que le projet n'est pas inclus dans le budget 2022. Peter Milobar s’inquiète également que l’institution doive fermer ses portes durant 8 ans pour permettre la construction du nouvel édifice.

Le nouveau chef du parti libéral, Kevin Falcon, a d’ailleurs indiqué que s’il était porté au pouvoir lors des prochaines élections provinciales, prévues en 2024, il mettrait fin au projet.

Mardi, le ministère du Tourisme a indiqué ne pas être en mesure de détailler les coûts estimés pour ce nouveau musée tant que l’analyse de rentabilisation n’est pas rendue publique, ce qui pourrait prendre quelques semaines.

Pour le professeur et directeur du programme de maîtrise en éducation muséale de l’Université de la Colombie-Britannique, David Anderson, un investissement de cette ampleur est cependant une nouvelle très réjouissante.

Je suis absolument ravi que la province ait décidé d’investir une somme d’argent aussi importante pour développer un musée phare de notre province. C’est une occasion incroyable et très perspicace, assure-t-il.

Selon lui, le bâtiment abritant le Musée royal de la Colombie-Britannique est complètement désuet et les collections qui s’y trouvent doivent être protégées adéquatement.

Les musées sont des institutions qui sont, en quelque sorte, les gardiennes de notre patrimoine collectif et des choses qui sont importantes pour nos sociétés, souligne David Anderson. Si nous n’accordons pas de valeur à ces choses [...] alors ces objets n’ont aucune chance d’être connus par les autres générations et cultures pour comprendre qui nous sommes en tant que peuples.

Le Musée royal de la Colombie-Britannique doit fermer ses portes début septembre pour une période de 8 ans et valorisera plutôt les expositions itinérantes afin de permettre aux Britanno-Colombiens d’admirer ses collections.

Avec des informations de Mélinda Trochu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !