•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énergie : la Commission des services publics de l’Alberta refuse le plan d’AltaLink

Chargement de l’image

La société AltaLink est le plus grand transporteur d'énergie électrique en Alberta (archives).

Photo : Associated Press / Robert F. Bukaty

Radio-Canada

La proposition de la société de transport électrique AltaLink, censée soulager le portefeuille des consommateurs, a été rejetée par la Commission des services publics de l’Alberta (AUC). Celle-ci y voit un subterfuge financier qui rapporterait plus à AltaLink à long terme qu’il n’aiderait réellement les Albertains.

Le plan proposé par AltaLink devait, selon elle, permettre aux ménages albertains de réduire leur facture de 5 $ en moyenne par mois, a été rejeté par la Commission des services publics de l’Alberta.

L’offre du principal transporteur d’énergie de la province consistait à accorder un remboursement aux consommateurs sur leur facture d’énergie.

Les consommateurs albertains ressentent la pression des prix élevés de l'énergie sur leurs factures d'électricité, a déclaré le président d'AltaLink, Gary Hart, dans un communiqué de presse daté du 2 mai.

C'est pourquoi AltaLink propose de distribuer 120 millions de dollars aux consommateurs : Nous n'aurons pas besoin de ces fonds pendant une longue période, a expliqué Gary Hart.

Une manoeuvre

La proposition d'AltaLink n'aboutirait pas à un tarif juste et raisonnable, même si elle apportait aux clients [à court terme] un léger allégement sur leurs factures d'électricité , estime la Commission des services publics de l’Alberta.

De plus, elle considère qu’il est plus approprié de parler de prêt plutôt que de remboursement. Les remboursements n'ont pas à être remboursés par la personne qui reçoit le remboursement, ajoute-t-elle.

« Il n'y a aucune raison convaincante pour laquelle les futurs clients devraient payer des tarifs d'électricité plus élevés pendant 46 ans compte tenu du modeste soulagement en 2022. »

— Une citation de  Commission des services publics de l’Alberta

La Commission des services publics précise que, en prenant en compte les intérêts, les frais financiers et les frais connexes, le plan coûterait en fin de compte plus de 250 millions de dollars à AltaLink, qui irait récupérer cet argent dans le portefeuille des consommateurs.

Ces derniers se retrouveraient alors, selon les calculs de la Commission des remboursements publics, à rembourser plus que le double de ce qu’ils auraient reçu, et AltaLink enregistrerait un bénéfice de 85 millions de dollars sur la durée de l'accord.

Refus définitif

La Commission des services publics explique dans son argumentaire que ce sont toutes ces raisons qui ont motivé sa décision de rejeter le plan. Cette décision est définitive, à moins qu’AltaLink ne demande une audience spéciale à la Cour d'appel provinciale, explique Geoff Scotton, son porte-parole.

Scott Schreiner, le porte-parole d'AltaLink, a affirmé que la société respectait la décision de la Commission malgré sa déception.

La Coalition des consommateurs de l’Alberta (CCA) a également exprimé son opposition à la proposition de la société énergétique.

L'avocat de cette dernière, Jim Wachowich, a affirmé que, en faisant cette proposition. AltaLik voulait montrer qu'elle aidait les consommateurs durant une période d'importante inflation. Selon lui, elle ferait mieux de réduire ses attentes de rentabilité, ce qu'elle a refusé de faire.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !