•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les rivières Cascapédia et Nouvelle au seuil d’inondation mineure

Une route inondée par la rivière Cascapédia.

La route 299 est fermée à partir du kilomètre 10 à Saint-Jules-Cascapédia.

Photo : Radio-Canada / Louis Pelchat-Labelle

Alice Proulx

Trois rivières, soit la Cascapédia, la Nouvelle et la Sainte-Anne, sont actuellement surveillées par les agents de la sécurité publique. Elles sont sorties de leurs lits dans la nuit de mardi à mercredi.

La rivière Cascapédia se situe toujours au seuil d'inondation mineure. Son débit était de 548,10 m³/s vers 16 h, selon la Sécurité publique.

Débordement de la rivière Cascapédia.

La rivière Cascapédia est sous surveillance depuis le 10 mai.

Photo : Radio-Canada / Louis Pelchat-Labelle

De son côté, la rivière Nouvelle a aussi atteint ce seuil mercredi. Vers 16 h 30, son débit était de 313,10 m³/s.

La Nouvelle a d'ailleurs légèrement débordé dans le secteur du Grand Platin dans l'arrière-pays.

Le directeur des travaux publics à la Municipalité de Nouvelle, Christian Landry, indique que la situation est toutefois stable.

La rivière.

La rivière Nouvelle est sortie de son lit (archives).

Photo : Radio-Canada / Louis Pelchat-Labelle

Au cours de la nuit de mardi, le niveau de la rivière Nouvelle n’a pas monté autant qu’anticipé.

Mercredi matin, la directrice régionale de la sécurité civile et incendie pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Janique Lebrun, considérait que le niveau des rivières était en baisse de manière générale.

Les rivières York, Bonaventure et Dartmouth, qui étaient sous surveillance mardi, ne le sont plus.

La rivière Bonaventure en crue.

Sous surveillance mardi soir, le niveau de la rivière Bonaventure a baissé durant la nuit.

Photo : Radio-Canada / Louis Pelchat-Labelle

La route 299 fermée

Dans la région, la hausse du niveau des rivières engendre plusieurs problèmes.

La route 299 qui traverse la péninsule gaspésienne du nord au sud, est fermée depuis mardi soir entre le kilomètre 10 à Cascapédia–Saint-Jules et le kilomètre 82 dans le secteur du Mont-Albert, en raison des débordements de la rivière Cascapédia.

À certains endroits, la chaussée est recouverte par plus d’un mètre d’eau. Cinq résidences sont isolées.

Une carte de la Gaspésie avec au centre la route 299.

La route 299 ne permet plus de traverser l'intérieur de la Gaspésie en raison des inondations.

Photo : Radio-Canada

Le ministère des Transports (MTQ) affirme qu'il est encore trop tôt pour estimer le moment où la route pourra rouvrir.

Aucune inspection des infrastructures routières n'a encore pu être réalisée par le MTQ. Les équipes pourront se rendre sur place qu'une fois le niveau de la rivière sera plus bas.

En décembre 2020, la crue des eaux avait détruit un des ponceaux au nord de Cascapédia–Saint-Jules, ce qui avait provoqué la fermeture de la route 299 pendant un mois.

La rivière Sainte-Anne sous surveillance

En Haute-Gaspésie, le débit de la rivière Sainte-Anne s’est élevé à plus de 315 m3/s au cours de la nuit mardi.

La Sécurité publique indique qu'elle n'est cependant plus au seuil d'inondation mineure, mais sous surveillance.

Dans la nuit de mardi, une partie de la route de Saint-Joseph-des-Monts a été inondée.

La rivière Sainte-Anne déborde de son lit à 241 m3/s et elle inonde le chemin de Saint-Joseph-des-Monts à 250 m3/s, explique le directeur du service incendie de Sainte-Anne-des-Monts, Steve Dumont.

Une quinzaine de résidences à proximité sont isolées.

Il y a toujours des gens qui décident de rester dans leur résidence, malgré l’inondation, observe Steve Dumont. Il assure que ces gens ne sont toutefois pas en danger.

La rivière Sainte-Anne sort de son lit.

Selon Steve Dumont, plusieurs résidents ont préféré demeurer sur place. Quatre personnes ont trouvé refuge chez des proches.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le responsable indique que les pompiers sont prêts à réagir. Son équipe avait, plus tôt dans la semaine, rencontré les riverains concernés pour les préparer à une éventuelle évacuation.

« On est proactifs, on fait des visites deux fois par jour depuis la semaine passée. »

— Une citation de  Steve Dumont, directeur du service incendie de Sainte-Anne-des-Monts
Un chemin forestier fermé par une clôture et un ruban rouge.

La route menant à Saint-Joseph-des-Monts a été interdite à la circulation.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Selon Steve Dumont, le niveau de la rivière augmentera à nouveau dans la soirée et la nuit de mercredi, même s'il n'y a plus de pluie.

La rivière prend sa source dans le parc de la Gaspésie et la neige est encore bien présente dans les montagnes. On surveille ça, commente le responsable qui estime qu'il faudra encore 12 heures avant d'évaluer l'impact de l’eau qui descend des montagnes sur la rivière.

« C’est tout le temps inquiétant, c’est une force de la nature. C’est la rivière et il ne faut pas jouer avec ça. »

— Une citation de  Steve Dumont, directeur du service incendie de Sainte-Anne-des-Monts
Steve Dumont.

Steve Dumont demande aux citoyens d'être prudents (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La Sécurité publique prévoit que le niveau de l’eau et les débits pourraient encore grimper d’ici les prochains jours.

Selon les prévisions gouvernementales, le débit de l’eau pourrait s’élever à plus de 400 m3/s le 23 mai, soit dans 5 jours. On pourrait sortir des endroits habituels où ça déborde, indique M. Dumont.

Cette projection n’est pas sans fondement, estime Steve Dumont, puisque les lacs en montagne sont toujours gelés et que le mercure pourrait monter jusqu’à 21 degrés Celsius au cours de la fin de semaine.

La rivière Sainte-Anne vue du haut d'une montagne.

L'eau des montagnes vient gonfler la rivière, explique Steve Dumont.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Si le niveau d'eau commence à être trop élevé, il demandera aux citoyens d'évacuer leurs résidences afin de faciliter les opérations.

Lorsqu’on intervient pour aller sortir du monde, la plupart du temps, ils attendent à la dernière minute, dans la nuit, donc on met la vie de nos gens en danger parce qu’on ne sait pas si le chemin est illuminé. Je n’ai pas la force de loi pour dire aux gens de sortir de leur maison, alors c’est plus difficile à ce niveau-là, affirme M. Dumont.

Selon Environnement Canada, depuis lundi, près de 15 millimètres de pluie sont tombés en Gaspésie.

Les averses, qui étaient en cours mardi, dans la Baie-des-Chaleurs pourraient apporter entre 5 et 10 millimètres d'eau supplémentaire.

Les conditions météorologiques derrière ces inondations

Selon Janique Lebrun, la hausse du niveau d'eau des rivières aurait été provoquée par trois facteurs météorologiques.

« Souvent, les inondations sont causées par un ensemble de facteurs. Dans ce cas-ci, c’est la chaleur de la semaine dernière, la fonte de la neige et la pluie. »

— Une citation de  Janique Lebrun, directrice régionale de la sécurité civile et incendie pour la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
De la neige s'est accumulée sur des graminées en bordure d'un sentier de gravier, au coeur d'une forêt.

La neige commence à fondre en Gaspésie (archives).

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Elle estime qu'il est plus facile de prévoir les comportements des rivières puisqu'il n’y a pas de couvert de glace sur les cours d’eau.

Les mouvements de glace, c'est beaucoup plus soudain. Quand il y a des embâcles de glace, ça fait monter les rivières très rapidement. Tandis que sans la glace, […] c’est un peu plus prévisible, soulève-t-elle.

La météorologue chez Environnement Canada, Amélie Bertrand, estime qu'à compter de mercredi, la pluie devrait se résorber, ce qui contribuerait à faire diminuer le niveau d'eau des rivières dans la région.

La bonne nouvelle, c’est que pour les journées de mercredi, jeudi et vendredi, il va y avoir un assèchement qui va se faire. Ce sera le retour du soleil! On n’a pas de précipitations prévues avant la fin de semaine prochaine, lance-t-elle.

En 2021, une importante inondation a eu lieu à Grande-Vallée où une douzaine de familles avaient été évacuées.

Avec les informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !