•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun des 8 mineurs disparus au Burkina Faso n’a rejoint le refuge de la mine

Chargement de l’image

Le 16 avril, l’entreprise vancouvéroise Trevali Mining a suspendu les activités d'exploitation de sa mine de zinc de Perkoa au Burkina Faso quand des pluies importantes ont provoqué son inondation. Depuis, huit mineurs sont portés disparus.

Photo : Service d'Information du gouvernement du Burkina Faso

Radio-Canada

Aucun des huit mineurs disparus le 16 avril dans la mine de zinc Perkoa, au Burkina Faso, n’a rejoint le refuge destiné aux travailleurs, annonce le propriétaire de l'exploitation, l’entreprise vancouvéroise Trevali Mining.

Des équipes de recherches ont réussi à atteindre la chambre de refuge situé à 570 mètres sous terre, mais l'ont trouvé « intacte et inoccupée », selon un communiqué publié par l'entreprise mardi. Il est donc désormais confirmé qu'aucun des huit mineurs disparus n'a réussi à atteindre la chambre de refuge, ajoute la minière.

Le 16 avril, Trevali Mining a suspendu ses activités à la mine de zinc de Perkoa quand celle-ci a été inondée à la suite de pluies importantes.

Depuis, les équipes de sauvetage sont sans nouvelles des mineurs.

Il s’agit d’une nouvelle dévastatrice, et nous offrons nos sincères condoléances aux familles et aux amis de nos collègues dans ces temps difficiles, dit le président de Trevali Mining, Ricus Grimbeek, dans le communiqué.

Les recherches se poursuivent sans arrêt, selon l'entreprise.

Le gouvernement du Burkina Faso a interdit aux membres de l'équipe de direction de la mine Perkoa de quitter le pays pendant qu'une enquête est en cours pour déterminer les causes de l’incident.

L’espoir que les mineurs aient pu rejoindre la chambre de refuge au moment de l’inondation des galeries s’est malheureusement estompé, écrit le gouvernement burkinabé dans un communiqué publié mardi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !