•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau parc à Sainte-Flavie pour lutter contre l’érosion côtière

Chargement de l’image

Un nouveau parc public, qui contribuera à la restauration des berges, prendra forme à Sainte-Flavie cet été (archives).

Photo : Municipalité de Sainte-Flavie

Alice Proulx

Un nouveau parc public, qui contribuera à la restauration des berges, prendra forme à l’entrée ouest de Sainte-Flavie, près du belvédère, cet été.

Mardi, le Fonds de solidarité FTQ a annoncé une contribution financière de 30 000 $ aux Amis des Jardins de Métis pour la réalisation de ce projet pilote, de concert avec la Ville de Sainte-Flavie.

La mobilisation, la quantité de personnes qui sont derrière ce projet-là et la qualité des gens qui sont impliqués nous ont impressionnés. Donc, lorsque le vice-président des Fonds régionaux solidarité FTQ de la région, David Lord nous en a parlé, on a dit ‘’go, on y va!’’, lance la présidente et cheffe de la direction du Fonds de solidarité FTQ, Janie C. Béïque.

Chargement de l’image

Janie C. Béïque ajoute que les changements climatiques lui tiennent grandement à cœur.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Selon le maire de Sainte-Flavie, le projet de parc côtier pourrait s'élever à plusieurs milliers de dollars.

« C’est un beau projet pour nous. »

— Une citation de  Jean-François Fortin, maire de Sainte-Flavie

Il état prioritaire, pour lui, que le terrain vacant qui accueillera le parc soit réaménagé pour que les citoyens puissent en bénéficier.

C’est un parc qui va nous permettre de mieux comprendre notre territoire en y aménageant des plantes en bord de mer qui vont nous permettre d’apprendre et d’être, en même temps, un projet pédagogique pour d’autres communautés qui ont à s’adapter aux changements climatiques, explique M. Fortin.

Chargement de l’image

Ce projet en réponse aux changements climatiques est réalisé de concert avec la Ville de Sainte-Flavie.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Il rappelle que le secteur a particulièrement été endommagé par les grandes marées de décembre 2010. Depuis, les changements climatiques affectent le territoire de manière plus accentuée.

À l’époque, on a été victime de ces changements climatiques-là, alors on veut faire un peu de judo avec cette réalité-là et dire ‘’non, on est capable d’être en mouvement, en action’ et de ne pas être des victimes, mais plutôt des acteurs de ce changement-là, de cette résilience importante de nos communautés'', soulève le maire.

Chargement de l’image

Jean-François Fortin est fier de ce projet.

Photo : Jean-Pierre Perouma

« Ce genre de projet pédagogique nous permet justement […] de permettre à nos communautés d’être plus outillées. »

— Une citation de  Jean-François Fortin, maire de Sainte-Flavie

Il estime qu'à compter du mois d'août, le parc côtier sera ouvert au public.

Des plantes qui retiennent le littoral

Avec l'expertise des Jardins de Métis, une partie du parc sera convertie en un jardin de plantes indigènes spécialement choisies pour leur capacité à retenir les berges.

Depuis 2012, on a créé un projet qui s’appelle la pépinière du littoral. C’est surtout de produire l’élyme des sables qui est une plante indigène qui résiste bien. La racine est très longue, donc ça stabilise la zone côtière et ça amène une certaine beauté, mentionne le directeur de Jardins de Métis, Alexander Reford.

Chargement de l’image

Alexander Reford estime que ces plantes sont toutes désignées pour retenir les berges.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

« Dans ce projet, on imagine implanter ça massivement, en plus de plantes comestibles de bord de mer. Puis, on souhaite implanter un espace pédagogique pour essayer, tester et vulgariser pourquoi ces plantes sont importantes à protéger. »

— Une citation de  Alexander Reford, directeur des Jardins de Métis

Une zone tampon, avec des installations malléables, sera également mise en place afin d'éviter que les débordements du fleuve causent des dommages.

Selon lui, cette approche pourrait inspirer la restauration d’autres sites touchés par l’érosion côtière dans l’Est-du-Québec.

C’est une approche écosystémique respectueuse, réaliste et peu coûteuse, alors tout ça fait en sorte que si ça marche bien, c’est un projet pilote qui va pouvoir s’implanter à d’autres endroits qui ont des conditions similaires, soutient-il.

Chargement de l’image

Les Jardins de Métis sont situés à Grand-Métis au Bas-Saint-Laurent (archives).

Photo : Radio-Canada

L’architecte paysagiste montréalaise, Rosetta Elkin, a participé à la création de cet aménagement.

Alexander Reford confirme que cette dernière sera en visite à Sainte-Flavie, au mois de juillet, avec ses élèves du programme de paysagement de Brooklyn afin d'étudier et de documenter les berges dans le cadre d'un projet où elle compare une cinquantaine de lieux similaires dans le monde.

Avec les informations de Jean-Philippe Guilbault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !