•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’homme d’affaires Dany Sévigny achète le terrain de l’ancien repaire des Hells Angels

Chargement de l’image

L'ancien bunker des Hells Angels de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Radio-Canada

La vente du terrain de l'ancien repaire des Hells Angels de Sherbrooke est confirmée. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) en a fait l'annonce mercredi midi.

Selon les documents disponibles au Registre foncier du Québec, les nouveaux propriétaires sont Dany Sévigny et René Roy.

Ils ont dû débourser 710 000 $ pour acquérir le lot de 30 acres situé 1575, rue Wellington Sud à Sherbrooke. C'est moins que le prix de vente qu'avait fixé le DPCP, qui était de 775 000 $.

En entrevue avec Radio-Canada Estrie, Dany Sévigny, un homme d'affaires bien connu dans la région, a confirmé qu'il était l'un des acquéreurs de la propriété.

J’ai acheté le futur, je n’ai pas acheté l’ancien terrain de quelqu’un, j’ai acheté un futur terrain dans lequel j’aimerais éventuellement, avec une vision de créer, faire un développement qui sera structurant, qui serait durable et aussi qui pourrait aider à la communauté, a-t-il souligné.

Il est cependant trop tôt pour préciser quel projet il a en tête, indique-t-il.

« C’est très vague. Plusieurs projets pourraient être sur la table. J’ai déjà des idées, mais il est trop tôt pour dévoiler quoi que ce soit.  »

— Une citation de  Dany Sévigny, nouveau propriétaire du terrain

Il n'avance pas non plus de ligne de temps. On a fait un investissement sur un terrain. [...] Cet investissement-là sera pour le futur, avance-t-il.

Il veut toutefois rassurer les Sherbrookois. Ils n’ont pas besoin d’être inquiets. Le terrain va rester comme ça pour le moment, soutient-il.

L'État était devenu propriétaire de l’ancien repaire des Hells Angels en 2020, après une saga judiciaire de 11 ans.

L'automne dernier, le conseil municipal de Sherbrooke a modifié le règlement de zonage du terrain. Il est désormais classé conservation du milieu naturel (parc). Il est donc impossible qu'un promoteur puisse y faire du développement immobilier, par exemple.

La Ville aurait aimé que le DPCP fasse don du terrain pour qu'il soit transformé en espace vert.

Les profits de la vente seront partagés entre le Fonds d'aide aux victimes d'actes criminels, des organismes communautaires qui œuvrent en prévention de la criminalité et les corps policiers qui ont participé aux opérations ayant mené à la confiscation, peut-on lire dans un communiqué publié par le DPCP.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !