•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première pelletée de terre pour la construction du Lab-École à Rimouski

Un dessin d'architecte de l'extérieur du Lab-École. Des enfants patinent et font des bonhommes de neige.

Un croquis de ce à quoi la Lab-École pourrait ressembler en hiver.

Photo : L'OEUF et Lapointe Magne et associés, Pratte Paysage, Latéral, GBI et Vinci et consultants

La première pelletée de terre en vue de la construction d'un Lab-École à Rimouski a été soulevée mardi matin. Quatre ans après la confirmation du projet, les coûts de construction de cette école sont maintenant évalués à plus de 44 millions de dollars et pourraient augmenter en raison de la hausse du prix des matériaux.

L'ouverture de la nouvelle école primaire était, au départ, prévue pour la rentrée 2022 puis pour celle de 2023. Le bâtiment devrait finalement être prêt pour la rentrée 2024.

La directrice générale du Centre de services scolaire des Phares, Madeleine Dugas, a indiqué que le Lab-École sera une école de quartier, à l'angle de l'avenue Léonidas Sud et de la rue Anne-Hébert, et elle accueillera les enfants des rues avoisinantes. Selon elle, le nouvel établissement permettra de décharger les écoles Sainte-Agnès et Élisabeth-Turgeon qui débordent.

Questionnée à savoir si les élèves en difficulté des autres quartiers pourront fréquenter cette nouvelle école, Mme Dugas a réitéré qu'il s'agira d'une école de quartier et que seuls les enfants des environs pourront la fréquenter.

Le nouveau redécoupage des quartiers scolaires sera connu seulement en janvier 2024.

Des dignitaires entourent Mme Dugas qui tient une pelle.

La première pelletée de terre en vue de la construction du Lab-École a été soulevée mardi matin par la directrice générale du Centre de services scolaire des Phares, Madeleine Dugas.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Les coûts de ce projet de Lab-École annoncé en juin 2018 étaient d'abord évalués à 17,9 millions de dollars.

Depuis, ils ont donc plus que doublé. Le ministère de l'Éducation a donc octroyé un montant total de 44 327 258 dollars pour sa construction. C'est l'entreprise Construction TechniPro BSL qui se chargera des travaux.

Un chantier de construction.

Les travaux sont commencés sur le chantier de construction du Lab-École de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Le directeur de Construction Technipro BSL, Marc Pigeon, était présent à la pelletée de terre et tenait à préciser un point sur le montant total du projet. Il faut comprendre que le coût de construction est de 34 millions et non pas de 44 millions. Le 44 millions, ça inclut probablement l'achat du terrain, les professionnels, etc., a-t-il soutenu au sujet des coûts élevés de construction.

Il affirme que l'augmentation des coûts des matériaux explique en partie la flambée du total de la facture.

M. Pigeon cite en exemple le prix de l'acier qui serait passé, selon lui, de 1600 dollars la tonne en 2019 à environ 5000 dollars la tonne aujourd'hui. Il dit qu'il en va de même pour l'ensemble des matériaux. Notre marge de profits fond chaque fois que l'inflation monte, ajoute-t-il.

L'entrepreneur estime qu'il y a des hausses de coûts qui sont vraiment hors de [son] contrôle. C'est sûr que ça va nous prendre l'aide du client [le ministère de l'Éducation], dit-il.

L'un des penseurs derrière les Lab-Écoles, l'architecte Pierre Thibault, relativise ces dépassements coûts.

Ce qu'on veut démontrer, à terme, c'est que cet investissement-là va faire qu'il y aura des retombées sur toute la communauté, soutient-il.

Dessin d'une école devant laquelle jouent des enfants.

Le concept se nomme « Mon école buissonnière ».

Photo : Lapointe Magne et associés + L’OEUF

Un concours d'architecture a été organisé en 2019 pour déterminer quelle entreprise d'architectes ferait les plans du Lab-École.

À Rimouski, c'est le concept des firmes d’architectes Lapointe Magne et associés et L’OEUF qui a été retenu.

Le Lab-École Rimouski doit comprendre 25 classes, soit 17 de niveau primaire et 8 de niveau préscolaire, un gymnase avec plateau double et des espaces communs lumineux.

Avec des informations de Michel-Félix Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !