•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Espace bleu : les Ateliers Saint-Louis ne seraient pas retenus

Chargement de l’image

Le bâtiment des Ateliers Saint-Louis, anciennement appelée l'école des Frères du Sacré-Cœur, dont on voit la dégradation (archives).

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Le projet de convertir les Ateliers Saint-Louis de Rimouski en Espace bleu bat de l'aile. Alors que la Ville de Rimouski vient de lancer un ultimatum aux personnes qui souhaiteraient acquérir le bâtiment pour 1 $, il semble y avoir de moins en moins d'avenues pour sauver le bâtiment centenaire, abandonné depuis une quinzaine d'années par la Ville de Rimouski, qui en est propriétaire.

Selon le Comité de sauvegarde des Ateliers Saint-Louis, le projet de convertir l'endroit en Espace bleu et d'y installer des expositions permanentes sur Jules A. Brillant et l'exploitation forestière est bel et bien mort. Les membres du Comité n'ont pas souhaité nous accorder d'entrevue sur le sujet, mais se disent certains à 100 % que le projet ne se concrétisera pas.

Chargement de l’image

Le projet d'Espace bleu soumis à Québec proposait de recouvrir le stationnement qui se trouve à l'est des Ateliers Saint-Louis pour en faire un espace vert et un espace de diffusion, tandis qu'à l'intérieur, des expositions en lien avec l'histoire de la région auraient été présentées.

Photo : Gracieuseté du Comité de sauvegarde des Ateliers Saint-Louis

Bien que moins catégorique, le maire de Rimouski, Guy Caron, dispose d'informations similaires.

Ce que j'entendais par exemple dans les coulisses au niveau du ministère, c'est que l'idée était intéressante mais que les chances de succès n'étaient pas très élevées étant donné les critères qui étaient à respecter au niveau du programme, dit-il. Le maire Caron lui-même n'appuie pas le projet, croyant qu'il est peu probable qu'il se réalise. Il avait toutefois été soutenu par l'ex-maire, Marc Parent.

La semaine dernière, la Ville de Rimouski a d'ailleurs annoncé que les personnes intéressées à acquérir le bâtiment pour un dollar et à le revamper avaient jusqu'au 30 septembre 2022 pour le faire. Après cela, la démolition pourra être envisagée.

« J'espère vraiment qu'on aura un projet de réhabilitation. [...] On ne peut pas avoir quelque chose qui soit imaginaire, pas réaliste. On veut un projet qui soit viable. »

— Une citation de  Guy Caron, maire de Rimouski

Si réhabilitation il y a, il faudra que le projet retenu tienne compte non seulement des coûts de réfection, mais de l'entretien futur du bâtiment, précise le maire. Dans l'un des carnets de santé rendus publics en février, on faisait état de travaux d'au moins 1,2 million de dollars, seulement pour la structure extérieure du bâtiment. Le consultant Luc Babin avait d'ailleurs stipulé qu'il n'y a[vait] aucun avantage économique à le conserver.

Le CISSS toujours intéressé

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, qui avait évoqué l'idée d'acheter le terrain où se trouvent les Ateliers Saint-Louis, est toujours intéressé. Sa proximité avec l'hôpital de Rimouski présente des avenues intéressantes pour l'organisation, qui refuse pour l'instant de révéler les projets envisagés à cet emplacement.

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent a toujours un grand intérêt pour ce terrain. Nous avons d'ailleurs réitéré notre intérêt à la Ville, indique son porte-parole, Gilles Turmel. Si le CISSS met la main sur les Ateliers Saint-Louis, ils seront toutefois démolis.

De son côté, le Comité pour la sauvegarde des Ateliers Saint-Louis dit déjà plancher sur d'autres options, mais estime qu'il est trop tôt pour les révéler maintenant.

Pas de refus officiel de Québec

Le projet d'Espace bleu n'est toutefois pas officiellement écarté, selon le ministère de la Culture, qui nous répond dans un courriel laconique que les Ateliers Saint-Louis n’ont pas fait l’objet d’un refus et que des analyses sont en cours.

En entrevue à Même fréquence la semaine dernière, la présidente de la Société rimouskoise du patrimoine (SRP) affirmait cependant elle aussi que le projet avait été mis de côté. C'est ce qu'on en a compris, a dit Marielle Esclapez.

Chargement de l’image

Les Ateliers Saint-Louis et le Cégep de Rimouski ont tous deux été construits dans les années 20 par le même architecte, Pierre Lévesque, de Québec. On voit ici les deux bâtiments en 1929.

Photo : Auteur inconnu/ Collection: Archives des Frères du Sacré-Cœur/Société rimouskoise du patrimoine

Espace bleu ou pas, elle considère qu'il est nécessaire que des fonds publics soient investis pour sauver le bâtiment.

« C'est vraiment un projet collectif. Il faut peut-être mettre la main au porte-monnaie de la collectivité. [...] La Ville et les gouvernements, ce sont eux qui peuvent mettre les montants nécessaires pour appuyer, que ce soit des citoyens, un organisme, une entreprise, pour préserver le bâtiment. »

— Une citation de  Marielle Esclapez, présidente de la Société rimouskoise du patrimoine

De son côté, le député de Rimouski, Harold LeBel, dit n'avoir pas eu d'indication à savoir que le projet d'Espace bleu avait été écarté. Il considère toutefois qu'il n'est pas mauvais de fixer une date d'échéance dans ce dossier, comme l'a fait la Ville.

À un moment donné, il faut tirer une ligne, c'est ce que la Ville a fait et c'est bien correct, a-t-il affirmé.

Jusqu'au 30 septembre, il est donc encore possible de sauver le bâtiment centenaire. Reste à savoir si un projet viable pourra être identifié et présenté, ce qui ne s'est pas concrétisé en six ans de démarches.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !