•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Musée canadien pour les droits de la personne se dote de toilettes non genrées

Le Musée souligne la Journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie.

Chargement de l’image

Le Musée canadien pour les droits de la personne abandonne entre autres les traditionnelles affiches indiquant les toilettes pour hommes ou ou pour femmes.

Photo : Travel Manitoba

Radio-Canada

À l’occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) a annoncé que toutes ses toilettes seront désormais non genrées. Cette décision s'inspire notamment des commentaires du public, selon un représentant du Musée.

Les gens sont encore forcés de reconnaître, de participer ou de tenter de remédier à un système binaire qui continue de causer du tort. Les initiatives comme celle-ci, qui font tomber des barrières, aident, affirme le directeur de l’équité et des initiatives stratégiques du Musée, Haran Vijayanathan.

D’ici la fin de la semaine, les affiches indiquant les genres associés aux différentes toilettes seront remplacées par des images montrant les équipements accessibles, comme les urinoirs ou les tables à langer.

Toutes les toilettes offriront également des produits d’hygiène féminine gratuits. Les toilettes individuelles, quant à elles, seront toujours accessibles au public.

C’est important pour nous de nous joindre au nombre grandissant d’organisations qui choisissent les toilettes non genrées pour les rendre plus sécuritaires et accessibles pour tous, affirme la présidente-directrice générale du Musée, Isha Khan, dans une déclaration.

« Nous savons qu’il est temps que cela change. »

— Une citation de  Isha Khan, PDG du Musée canadien pour les droits de la personne

Selon M. Vijayanathan, les recommandations pour les changements apportés aux toilettes du MCDP proviennent du rapport de l’examinatrice et avocate de Winnipeg Laurelle Harris.

Cette dernière a été engagée pour passer en revue les pratiques du Musée. En 2020, elle a produit un premier rapport soulignant des problèmes de racisme systémique et de discrimination au MCDP.

Nous nous sommes engagés à remédier à la situation [...] Nous espérons qu'un plus grand nombre de membres de la communauté LGBTQIA2+ se sentiront libres et à l’aise de venir au Musée, soutient Haran Vijayanathan.

Davantage de sensibilisation

Une militante winnipégoise pour les droits des personnes transgenres, Shandi Strong, remarque qu’il est particulièrement important de souligner des événements comme la Journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie.

C’est éreintant de devoir continuer à mener ces combats et, en tant que militante, je trouve aussi décevant qu’on doive encore se battre pour les droits des personnes de couleur, dit-elle.

Selon elle, la haine provient de l’ignorance et de la frustration, ce qui renforce la nécessité des programmes d’information et de sensibilisation.

Shandi Strong ajoute que la Marche transgenre de Winnipeg, qui aura lieu le 4 juin prochain, est une bonne occasion de soutenir la communauté trans.

Le but de cette marche a toujours été de donner de l’espoir aux gens, de leur présenter des héros et de les inspirer pour qu’ils puissent se dire que tout ira bien. Je crois que beaucoup de gens en ont besoin, conclut Shandi Strong.

Avec les informations de Cory Funk et de Faith Fundal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !