•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il sciait des oeuvres avec sa tronçonneuse; Albert Deveau n’est plus

Chargement de l’image

Albert Deveau à participé 38 fois à la Foire brayonne depuis ses débuts.

Photo : Radio-Canada / Bernard Lebel

Radio-Canada

Célèbre pour ses œuvres en bois illustrant le patrimoine du Madawadska, le sculpteur Albert Deveau est mort à l’âge de 76 ans.

Il était connu dans la région d’Edmundston, ayant participé à 38 Foires brayonnes.

Il était connu à travers principalement cette activité qui était inusitée, mais très chaleureuse. Des gens ont créé des liens avec lui, il est devenu un personnage, se rappelle l’ancien maire de la ville, Cyrille Simard.

Albert Deveau avait l’habitude de s’installer dans un endroit central de la ville pendant la foire et de garder le mystère sur l'œuvre qu’il s’apprêtait à créer.

Dans tous les cas, il tenait à rendre hommage aux bâtisseurs et au patrimoine culturel, historique ou naturel de sa région.

Un Brayon dans l'âme

Originaire de Saint-Basile, il était, selon M. Simard, un Brayon dans l'âme.

C’est un difficile à battre dans cette catégorie-là, s’exclame Cyrille Simard.

Il est devenu passionné au point qu’il s’est vu comme une personne qui allait rendre hommage aux racines du Madawaska à travers ses sculptures.

Chargement de l’image

Les « Six peuples fondateurs » de la ville d'Edmundston imaginés par le sculpteur Albert Deveau. Les sculptures représentent les peuples écossais, irlandais, canadiens-français, anglais, acadiens et malécites.

Photo : Tourisme Edmundston

Ses oeuvres ont été acquises dans toute la région. Ses plus connues sont celles situées au centre-ville d’Edmundston qui illustrent les six peuples fondateurs de la municipalité.

M. Simard souligne que le sculpteur est venu à plusieurs reprises au conseil municipal pour défendre ses oeuvres, qui étaient nombreuses.

Il voulait qu’on trouve une façon de les préserver et de leur rendre justice. Ce n’était pas toujours évident, je vous avoue, mais il continuait de défendre son travail, qui était une façon d’illustrer le caractère de la région.

Chargement de l’image

Des statues illustrant Charles de La Tour, sa femme Françoise-Marie Jacquelin et Charles d'Aulnay, installées au fort La Tour à Saint-Jean, ont dû être retirées en 2017 en raison de leur dégradation.

Photo : Radio-Canada / Julia Wright

D’autres sculptures ont été placées dans des communautés de la région. Cyrille Simard déplore toutefois que quelques-unes aient été endommagées par les éléments.

Avec des informations de l'émission La matinale d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !