•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rapport d’enquête sur la STS présenté prochainement au conseil d’administration

Chargement de l’image

Des autobus de la Société de transport du Saguenay.

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

Le rapport de l’enquête interne sur la gouvernance de la Société de transport du Saguenay (STS) sera présenté prochainement aux membres du conseil d’administration de l’organisation.

Le rapport de la firme Raymond Chabot Grant Thornton a été remis au procureur désigné dans ce dossier issu du cabinet Trivium, a indiqué le président du conseil d’administration de la STS, Claude Bouchard.

Moi j’ai parlé à l’avocat, mais il va nous le présenter à tout le monde ensemble, à tout le conseil d’administration, a indiqué le conseiller municipal, en entrevue, à la suite d’une séance régulière du conseil d’administration pendant laquelle le dossier ne figurait cependant pas à l’ordre du jour.

Claude Bouchard n’a pas reçu une copie du rapport. Il indique cependant avoir une très bonne idée de son contenu, à la suite de sa discussion avec le procureur au dossier, sans pouvoir en dire davantage avant que le document ne soit présenté aux administrateurs.

Aucune date n’est fixée pour l’instant, a-t-il précisé. Il s’attend toutefois à ce que le dossier chemine dans les prochains jours.

Me Félix-Antoine Michaud, du cabinet Trivium, accompagne les administrateurs qui doivent statuer sur l’avenir du directeur général Jean-Luc Roberge, qui a été suspendu avec solde en février, à la suite du rapport accablant de la vérificatrice sur la société de transport.

L’enquête interne lancée dans la foulée de la suspension du directeur général doit aussi orienter le conseil d’administration sur les façons de redresser l’organisation qui a fait l’objet de 70 recommandations de la vérificatrice générale. La STS a d’ailleurs adopté en avril un plan d’action pour répondre à chacune des recommandations.

Le mandat d’enquête confié à Raymond Chabot Grant Thornton coûte environ 20 000 $ à la STS. Une douzaine d’employés, élus et membres de la direction ont été rencontrés dans le cadre du processus d’enquête sur la société de transport qui dispose d’un budget de 25 M$, dont la moitié provient de Saguenay.

Chargement de l’image

Le conseiller Claude Bouchard est président du conseil d'administration de la Société de transport du Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Myriam Gauthier

Des postes à pourvoir

Par ailleurs, pendant la séance du conseil d’administration de lundi, les postes à combler au sein de la société de transport ont occupé une partie des échanges, a souligné M. Bouchard.

La STS est présentement à la recherche d’un comptable, pour un remplacement de maternité, d’un commis ou technicien comptable, d’un conseiller en ressources humaines, d’un gestionnaire de projets, d’un mécanicien de véhicules lourds, d’un préposé au service et d’un chauffeur.

On est comme dans toutes les autres entreprises, dans le domaine de l’autobus, on ne fait pas différent d’ailleurs, a-t-il affirmé, en référence à la pénurie de main-d’oeuvre qui touche de nombreux secteurs. Il estime que les conclusions du rapport de la vérificatrice générale n’ont pas d’impact sur l’attractivité de la STS.

Les sociétés de transport à travers la province font face au même enjeu de main-d’oeuvre, a-t-il ajouté. Des représentants de la STS ont pu échanger sur cette réalité lors du congrès de l’Association du transport urbain du Québec qui avait lieu la semaine dernière à Québec.

Chargement de l’image

Les hausses du prix du diesel préoccupent les sociétés de transport en commun.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Le prix du diesel fait mal terriblement

Les hausses successives du prix du diesel préoccupent d’ailleurs les sociétés de transport en commun, qui ont profité du congrès pour aborder le dossier.

« Que ce soit nous, la STS, ou la majorité des autres sociétés de transport, au Québec, on s’entend que présentement, le prix du diesel, ça nous fait mal terriblement. On ne le paie pas au prix de la pompe. Mais même si on ne le paie pas au prix de la pompe, présentement, ce qu’on avait budgété, en début d’année pour notre diesel, et où on est rendu, il y a une bonne marge entre les deux. »

— Une citation de  Claude Bouchard, président du conseil d’administration de la STS

Il est cependant trop tôt pour évaluer les impacts que cette hausse aura sur le budget de la STS, a-t-il ajouté.

Les sociétés de transports ont profité du rassemblement pour sensibiliser le gouvernement à leur situation. Le gouvernement est conscient de ça et c’est sûr qu’on a regardé avec eux autres, on a envisagé différentes avenues qu’on pourrait envisager qui pourraient nous aider, a mentionné M. Bouchard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !