•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retourner immédiatement à Hay River ou attendre : un dilemme pour les sinistrés

Chargement de l’image

La glace et l'eau ont envahi les rues de Hay River le 12 mai dernier en atteignant un niveau historique.

Photo : Radio-Canada / Kate Kyle

Radio-Canada

Les résidents de la localité inondée de Hay River aux Territoires du Nord-Ouest peuvent, depuis dimanche, retourner chez eux s’ils le souhaitent. La municipalité indique toutefois que de nombreux quartiers sont encore privés de services comme ceux des égouts.

Ainsi les autorités recommandent aux sinistrés qui choisissent de retourner de s’assurer que leur maison est dans une condition adéquate. L'approvisionnement en électricité ou l’alimentation au mazout doivent, par exemple, être sécuritaires, l’eau accumulée dans le sous-sol doit être pompée, et la cuisine nettoyée de fond en comble.

Les résidents des quartiers les plus touchés sont avisés de prévoir une solution de rechange pour se reloger advenant qu’il ne soit pas sécuritaire de réintégrer leur demeure.

Chargement de l’image

Les résidents doivent s'assurer que leur maison est dans une condition adéquate avant d'y retourner.

Photo : Radio-Canada / Kate Kyle

Le niveau de la rivière est descendu de cinq mètres depuis le niveau historique enregistré jeudi dernier. Les autorités anticipent toutefois une nouvelle augmentation au cours des prochains jours à mesure que la fonte se poursuit. Cette prochaine crue ne devrait toutefois pas menacer la communauté.

Vaut mieux revenir bien équipés

Pour Olivier Chichery qui a quitté sa maison au milieu de la nuit la semaine dernière pour aller loger chez des amis en Alberta, il vaut mieux attendre avant d'y retourner.

D’après les rapports qu’on a vus et entendus et en parlant à des voisins, notre propriété n’a pas été touchée. Nous on avait l'intention de revenir dimanche, mais [...] on n’a pas le droit d’utiliser l'eau pour ne pas encombrer les égouts, donc je préfère retarder un peu notre retour, explique le Franco-Ténois.

Chargement de l’image

Les résidents doivent éviter d'utiliser l'eau pour ne pas encombrer les égouts.

Photo : Radio-Canada / Emma Grunwald

Si le départ en catastrophe a secoué la famille, le père prend réconfort dans le fait d’avoir vécu d’autres inondations dans le passé en Alberta et de savoir à quoi s'attendre pour la suite.

« Évidemment comme notre maison n’a pas été touchée c’est beaucoup plus facile à gérer et on sera capable d’aider les autres qui, eux, ont tout perdu. On a un ami qui a tout perdu, tout ce qu’il a c’est des affaires qu’il avait sur lui, son pickup et ses chiens.  »

— Une citation de  Olivier Chichery , résident de Hay River

La famille a pensé se réfugier à Yellowknife plutôt qu'en Alberta pour permettre à leur fils de poursuivre l’école, mais elle ne voulait pas se retrouver à loger plus d’une semaine chez les mêmes gens.

L’École Allain St-Cyr ouverte pour les élèves touchés

Vendredi, la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO) a annoncé que les portes de l’École Allain St-Cyr étaient ouvertes pour les élèves évacués de Hay River.

L’École Boréale de Hay River compte une soixantaine d’élèves et environ 15 membres du personnel, selon les estimations de la directrice générale de la CSFTNO, Yvonne Careen.

Chargement de l’image

L’École Boréale à Hay River et l’École Allain St-Cyr, à Yellowknife, sont les deux écoles francophones des T.N.-O.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Bien que l’édifice de l’École Boréale n’ait pas été touché par les inondations, le manque d’infrastructures, comme les égouts, force la CSFTNO à garder l’école fermée jusqu’à nouvel ordre.

Plusieurs membres du personnel sont de retour à Hay River, cependant, les conditions ne sont pas idéales et certains membres du personnel savent qu'il y a des dommages chez eux, mais ils ne peuvent pas aller voir encore , a expliqué la directrice par courriel, lundi.

Le territoire ajuste sa politique de remboursements

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a annoncé, lundi, avoir modifié sa politique d'aide financière aux victimes de désastre.

Ainsi, la politique pourra éponger jusqu’à 90 % des frais de réparation, plutôt que les 80 % précédents, à concurrence de 240 000 $ pour les propriétaires de résidences ou de petites entreprises.

Les sinistrés peuvent également avoir accès à une allocation d’aide pour une relocalisation temporaire jusqu’à six mois pour couvrir les frais de logement ou d’entreposage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !