•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Albertain Robert Keith Major plaide coupable du meurtre d’une mère et de son fils

Mchale Busch et son fils Noah McConnell.

Les deux victimes du double homicide survenu en 2021 à Hinton : Mchale Busch, 24 ans, et son fils de 16 mois, Noah McConnell. (archives).

Photo : GoFundMe

Radio-Canada

Un homme a reconnu lundi devant la Cour d’Edmonton être l’auteur du double drame survenu en 2021 à Hinton, en Alberta : le meurtre de Mchale Busch, une femme de 24 ans, et de son bambin Noah McConnell, 16 mois.

Robert Keith Major a intentionnellement tué la jeune femme avant d'étouffer son tout-petit dans l'après-midi du 16 septembre 2021, explique le rapport judiciaire exposant les faits.

Ses aveux, devant la juge Marta Burns de la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta, signifient qu’il renonce à son droit à un procès. Son audience de détermination de la peine doit avoir lieu à compter du 22 novembre prochain.

La peine minimale pour meurtre au premier degré est la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Robert Keith Major a initialement été inculpé de deux chefs de meurtre au deuxième degré et d'un chef d'indignité envers des restes humains. Ces accusations ont été changées en deux chefs de meurtre au premier degré et deux chefs d'indécence envers des restes humains. Ces deux derniers chefs d’accusation ont été suspendus.

Délinquant sexuel connu

L'exposé conjoint des faits indique que, peu de temps avant son meurtre, Mchale Busch a déménagé à Hinton pour permettre à son fiancé, Cody McConnell, d'y travailler dans l'industrie pétrolière et gazière. Leur résidence est alors mitoyenne de celle de l’homme ayant plaidé coupable du double meurtre. Ce dernier est un délinquant sexuel connu des services de police.

Quatre ans plus tôt, en 2017, la police d'Edmonton a d’ailleurs émis un avertissement public à son sujet alors qu’il venait d'être libéré. La police disait avoir des motifs de croire que l’homme commettrait à nouveau une infraction sexuelle, y compris contre des enfants.

Dans une déclaration à CBC/Radio-Canada, Cody McConnell, le fiancé de la défunte, a déclaré que la famille n'avait aucune idée des antécédents criminels de Robert Keith Major.

Robert Keith Major.

Robert Keith Major, 54 ans, connaîtra sa peine en novembre. Il risque la prison à vie (archives).

Photo : Facebook de Rob Major

Récit macabre

Dans sa résidence de Hinton, ville située à environ 300 kilomètres à l'ouest d'Edmonton, Robert Keith Major a tenté des mois auparavant de piéger à plusieurs reprises une femme de ménage en l’invitant, sans succès, dans son appartement.

Une autre femme a également refusé ses invitations et l’a même dénoncé au propriétaire de l'immeuble, poursuit le rapport judiciaire.

C’est alors que, dans la journée du 16 septembre, il a proposé à la jeune femme de nettoyer la boue se trouvant à l'extérieur de leur appartement et supposée provenir des bottes de travail de son fiancé.

Selon un voisin qui a entendu la conversation, Robert Keith Major a demandé à Mchale Busch quand son mari rentrerait du travail.

Le récit ne dit pas comment la jeune femme s’est retrouvée à l'intérieur de l'appartement de l’homme. En revanche, il indique que ce dernier a tenté de l'agresser sexuellement, un assaut auquel la victime a riposté, en mordant notamment son agresseur.

À l'aide de ses mains et d'un câble, l’homme a alors étranglé à mort la femme, puis l’a violée, avant d’abandonner le corps inerte dans sa baignoire.

Il s’en est ensuite pris à son enfant en bas âge qu’il a tué de ses mains et dont il a mis le cadavre dans un sac poubelle qu’il jettera ensuite dans une benne à ordures près de l'immeuble.

Les deux corps ont été découverts le lendemain par la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Avec les informations de Madeleine Cummings

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.