•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cochon sauvage dans la mire de l’Ontario

Chargement de l’image

Le porc sauvage est considéré comme une espèce envahissante en Amérique du Nord.

Photo : offerte par Ryan Brook

Radio-Canada

L'un des plus grands réseaux de surveillance des espèces envahissantes de l'Ontario a pris 77 000 images l'an dernier dans le but de prévenir une possible invasion de porcs sauvages dans la province.

Le réseau a été mis sur pied l'an dernier par des agents de la faune du ministère des Ressources naturelles, des Forêts et du Développement du Nord (MRNFND) et de l'Ontario Federation of Anglers and Hunters [OFAH, Fédération des pêcheurs et chasseurs de l'Ontario, traduction libre]. Ce réseau a utilisé des douzaines de caméras de surveillance, des bénévoles et une ligne d'assistance téléphonique afin d'empêcher les cochons sauvages de s’installer dans la province.

Le réseau n’a pas trouvé de cochons sauvages l’été dernier.

Or, cet été, les responsables ont l’intention de rester vigilants. Cette fois, ils désirent se concentrer sur le Nord de l'Ontario. Les organismes de protection de la faune sont curieux de savoir si des cochons sauvages errent dans les vastes étendues du nord de la province.

L'an dernier, les bénévoles du programme de surveillance des cochons sauvages de l'Ontario ont réussi à prendre des dizaines de milliers d'images dans le comté de Lanark, juste à l'ouest d'Ottawa, et à Parry Sound. Les deux zones ont été identifiées comme étant les endroits où les porcs sauvages seraient le plus susceptibles de se trouver.

Beaucoup d'animaux sauvages

Brook Schryer, qui travaille pour le programme de sensibilisation aux espèces envahissantes de l'OFAH, a déclaré que si les caméras de surveillance ont rapporté de superbes images de la nature, il n'y avait aucun signe de porcs sauvages.

Il y avait des photos superbes de la faune avec des orignaux, des cerfs, des dindes, des visons et des ours noirs, toutes les choses que nous voulons voir sur une caméra, mais pas de porcs sauvages.

Chargement de l’image

Un orignal capturé par l'un des 50 kits de caméras de piste numériques déployés par des bénévoles par l'intermédiaire de la Fédération des pêcheurs et chasseurs de l'Ontario l'été dernier.

Photo : offerte par l'OFAH

Les porcs sauvages sont considérés comme une espèce envahissante destructrice en Amérique du Nord. Ils ont déjà infiltré le sud des États-Unis et les Prairies canadiennes, où ils ont pillé des champs, chassé les espèces indigènes et même attaqué des humains, dans de très rares cas.

Ces animaux constituent une grave menace pour notre agriculture et nos espèces indigènes , a déclaré M. Schryer, ajoutant que l'OFAH travaille de manière proactive avec la province pour l'aider à renforcer son programme de surveillance afin d'éliminer les porcs sauvages avant qu'ils ne prennent pied dans la province, une stratégie qui, selon les experts, est moins coûteuse et plus facile que de s'occuper d'une invasion après coup.

Ils sont intelligents, ils ont des portées relativement importantes, ils atteignent la maturité sexuelle tôt et, si on ne s'en occupe pas, ils deviendront un énorme problème dans le paysage de l'Ontario.

Une détection précoce

Jusqu'à présent, il y a peu de preuves indiquant que ces animaux se sont établis dans la province. Tous les groupes de porcs signalés par le public ont été rapidement stoppés par les agents provinciaux de protection de la faune. Par exemple, l'hiver dernier près de Pickering, plus d'une douzaine de porcs sauvages ont été repérés.

Jusqu'à présent cette année, le ministère a déclaré qu'il y a eu 16 observations de ces animaux, principalement dans le sud de l'Ontario, avec quelques rapports dans le centre de l'Ontario, mais qu’il ne s’agissait pas toujours de la race considérée comme envahissante.

M. Schryer a déclaré qu'après le succès du projet pilote du printemps dernier, le programme de surveillance des porcs sauvages de l'Ontario continuera à surveiller la nature dans l'espoir de repérer une invasion avant qu'il ne soit trop tard.

La devise la plus importante pour empêcher l'établissement d'une espèce envahissante est la détection précoce et la réponse rapide, a déclaré M. Schryer.

Ces caméras font toutes office de détection précoce.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !