•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des musées surprenants à découvrir en C.-B.

Chargement de l’image

Le musée Touchstones de Nelson abrite un bunker de la Guerre froide.

Photo : Madeleine Guenette

À l'occasion de la Journée internationale des musées, nous vous proposons un petit guide de cinq musées britanno-colombiens qui suscitent la curiosité soit pour leur côté insolite ou pour leur valeur patrimoniale.

Le bunker du musée Touchstones de Nelson

Le bureau de poste du bâtiment Gray où se trouve le Musée Touchstones de Nelson abrite un trésor qui a été ignoré pendant près de 50 ans : un bunker de la Guerre froide construit en 1964.

Rappelons que dans les années 50 et 60, une cinquantaine de bunkers ont été construits sous de solides bâtiments fédéraux un peu partout au Canada. Six d’entre eux se trouvaient en Colombie-Britannique.

Chargement de l’image

Douches de décontamination du bunker de Nelson

Photo : Madeleine Guenette

Le bunker de Nelson, qui n’a jamais servi, aurait pu abriter jusqu'à 70 personnes considérées essentielles au fonctionnement du gouvernement, tels le maire ou les employés de la défense civile, en cas d'attaque nucléaire.

Une fois à l’intérieur de ce lieu étrange, il est possible de visiter les douches de décontamination, les dortoirs ainsi que la cuisine intacte avec ses murs jaune serin et son ouvre-boîte électrique encastré.

Pour plus de détails : Musée de Touchstones de Nelson (Nouvelle fenêtre)

Musée de la police de Vancouver

Chargement de l’image

Le musée de la police de Vancouver a ouvert ses portes en 1986.

Photo : Radio-Canada / Benoit Clément

Situé sur la rue Cordova à Vancouver, le Musée de la police est l'un des plus anciens musées du genre en Amérique du Nord.

Le musée est établi dans l’ancien édifice du coroner de la ville de Vancouver où plusieurs cas de morts notoires ont à l'époque été analysés. Ce fut le cas de l’autopsie d’Errol Flynn, cet acteur australien mort d’une crise cardiaque à Vancouver en 1959.

Chargement de l’image

L'ancienne morgue de Vancouver est une des pièces les plus populaires du Musée de la police.

Photo : Radio-Canada / Simon Charland-Faucher

Ce musée à l'ambiance quelque peu sinistre abrite plus de 20 000 objets, photographies et documents. Parmi eux, des artéfacts parfois troublants tels ces organes conservés dans des bocaux ou encore ces armes utilisées par les criminels.

Le clou de la visite est sans nul doute la morgue et la salle d’autopsie avec les tables, éviers et tiroirs mortuaires originaux.

Pour plus de détails : Musée de la police de Vancouver (Nouvelle fenêtre)

Musée de Cumberland

Chargement de l’image

Façade du musée de Cumberland

Photo : Tayu Hayward

Au début du 20e siècle, le village de Cumberland, situé dans l’île de Vancouver, était une dynamique ville minière où on exploitait le charbon.

On trouve dans ce charmant village aujourd’hui transformé en mecque du vélo de montagne, un tout aussi charmant petit musée qui vaut le détour.

Rénové pendant la pandémie, le musée de Cumberland qui vient de rouvrir ses portes, permet de mieux comprendre l’histoire de cette région qui a attiré non seulement des mineurs pour la plupart d'origine chinoise et japonaise, mais aussi des bûcherons, travailleurs des chemins de fer et militants syndicaux.

Chargement de l’image

Réplique d'une des anciennes mines de charbon de Cumberland

Photo : Image fournie par le Musée de Cumberland

Le musée abrite également une réplique de la mine de charbon, créée en 1986 par d'anciens mineurs à la retraite.

Parmi les artéfacts, notons l’impressionnant poumon d'acier. Cet immense appareil de ventilation a permis à de nombreux mineurs malades de mieux respirer en cas d'insuffisance pulmonaire.

Pour plus de détails : Musée de Cumberland (Nouvelle fenêtre)

Musée de Greenwood

Chargement de l’image

Le musée de Greenwood sert également de centre d'information touristique.

Photo : Michael Ryan

Le petit musée de Greenwood met en lumière un triste pan de l’histoire de la province, soit celui des camps d'internement japonais.

Après l’attaque de Pearl Harbor en 1941, une haine raciale anti-japonaise s'est répandue en Colombie-Britannique où des milliers de Canadiens d'origine japonaise ont été envoyés dans des camps.

Chargement de l’image

Une famille de Canadiens d'origine japonaise de la Colombie-Britannique en déplacement vers un camp d'internement en 1942.

Photo : Bibliothèques et Archives Canada

Et c’est à Greenwood qu’a été érigé le premier camp d'internement en Colombie-Britannique. Plus de 1200 personnes y ont été internées.

Les artéfacts, photos et objets exposés au musée permettent de mieux comprendre cette période souvent oubliée de l’histoire de la province.

À noter que 2022 marque le 125e anniversaire de Greenwood et le 80e anniversaire de son camp d'internement.

Pour plus de détails : Musée de Greenwood (Nouvelle fenêtre)

Musée de la mine de Britannia

Chargement de l’image

Le quelques 14 000 carreaux de verre du concentrateur de la mine de Britannia ont été remplacés à la main lors de la restauration des lieux en 2005.

Photo : Image fournie par le Britannia Mine Museum

Situé sur la route Sea to Sky, le musée de la mine de Britannia se reconnaît à son concentrateur par gravité, cette impressionnante structure visible depuis la route, bâtie à flanc de montagne et qu’il est possible de visiter.

Considéré à l’époque comme un chef-d'œuvre d'architecture, ce concentrateur a attiré dans les années 20 des ingénieurs des quatre coins du monde et, plus récemment, de nombreuses équipes de tournage et ses vedettes telles Sean Penn et Robin Williams.

Ce site historique national primé propose également des expositions interactives, des films d'archives, une station d’orpaillage ainsi qu’une excursion en wagon sur rail qui vous amène au cœur du tunnel de service qu’empruntaient autrefois les mineurs.

Chargement de l’image

La visite du tunnel de service du musée de la mine de Britannia permet de mieux comprendre les conditions de travail des mineurs de l'époque.

Photo : Image fournie par le Britannia Mine Museum

La mine de Britannia qui était la plus importante mine de cuivre de l'Empire britannique, était aussi un des grands pollueurs du monde, rejetant à l’époque l'équivalent de 10 000 cennes noires par jour dans la baie de Howe.

Heureusement, la situation a été renversée grâce à la construction, en 2005, d’une usine de traitement des eaux qui traite désormais l'eau qui ruisselle de la mine.

Pour plus de détails : Musée des mines de Britannia (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !