•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé, éducation, coût de la vie au cœur du débat des chefs en Ontario

Chargement de l’image

Les chefs Doug Ford, Andrea Horwath, Steven Del Duca et Mike Schreiner se sont affrontés lors du dernier débat ontarien des chefs de la campagne.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Compressions en éducation, listes d’attente dans le secteur de la santé, environnement, crise du logement et difficulté d’accès à la propriété ont donné lieu à des échanges animés lors du dernier débat des chefs de la campagne électorale ontarienne tenu lundi soir à Toronto.

Les modérateurs n’ont pas hésité à ramener à l’ordre les politiciens qui s’emballaient, permettant d’éviter les moments chaotiques auxquels les débats des chefs donnent parfois lieu.

Le chef progressiste-conservateur Doug Ford a rappelé à de nombreuses reprises les réalisations de son gouvernement et les engagements de son parti, notamment en faveur de la croissance économique et des infrastructures.

Chargement de l’image

Doug Ford a défendu ses engagements en faveur de la croissance économique et de l'emploi.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le projet d’autoroute 413, qui passerait par les régions de Halton, de Peel et de York, a été décrié par les trois autres chefs qui estiment que les 10 milliards de dollars qu’il pourrait coûter seraient mieux dépensés autrement.

C’est irresponsable sur le plan fiscal, c’est désastreux sur le plan climatique, a lancé le chef des verts Mike Schreiner. C’est plus de 2000 acres de terres agricoles qui seraient asphaltées.

Chargement de l’image

Le chef libéral Steven Del Duca a répondu aux attaques de Doug Ford.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Steven Del Duca, du Parti libéral, a soutenu qu’il avait annulé le projet quand il était ministre des Transports et qu’il le ferait à nouveau si son parti remportait les élections le 2 juin. L’argent ainsi économisé serait alloué aux réparations et à la construction d’écoles.

Qui formera l’opposition

Les chefs néo-démocrate, libéral et vert ont cherché à démontrer que leurs priorités étaient semblables à celles de gens ordinaires. M. Ford les a tous trois accusés, sans nuance, de vouloir augmenter les taxes et la réglementation.

Andrea Horwath, du NPD, a relaté des histoires personnelles que les gens lui ont racontées, tandis que M. Del Duca a parlé de ses filles quand il a été question d’éducation.

Chargement de l’image

La chef du NPD, Andrea Horwath

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Mme Horwath a reconnu plusieurs fois qu’elle était d’accord avec des propositions du Parti vert. Le chef libéral, qui a souligné qu’il est à la tête d’une nouvelle équipe, s’est fait rappeler plus d’une fois qu’il était ministre sous le précédent gouvernement libéral provincial.

À Doug Ford qui l’accusait de vouloir annuler certaines mesures conservatrices favorables aux automobilistes, Steven Del Duca a rétorqué : M. Ford, vous avez droit à vos opinions, mais pas à votre version personnelle des faits.

Alors que les progressistes-conservateurs jouissent d’une bonne avance dans les sondages, libéraux et néo-démocrates se battent pour la deuxième position.

Le chef des verts, qui était le seul député de son parti à la dissolution de la Chambre, n’a pas vraiment fait l’objet d’attaques, comme ce fut le cas lors du premier débat, dans le Nord de l’Ontario, la semaine dernière.

La crise dans le secteur de la santé

Les trois partis d’opposition ont accusé les conservateurs d’ouvrir la porte au secteur privé pour rattraper les retards dans le secteur de la santé. Leurs solutions, ont-ils soutenu, passent par un meilleur financement du système de santé public et plus de considération pour le personnel de première ligne, notamment les infirmières.

M. Ford s’est défendu en disant qu’il avait hérité d’un système affaibli par les libéraux. Il a fait valoir que les progressistes-conservateurs s’étaient engagés à construire des hôpitaux et à financer des programmes de formation. Son gouvernement, a-t-il insisté, a accordé une hausse de salaire de 3 $ l’heure aux préposés aux soins et une indemnité de 5000 $ aux infirmières.

Chargement de l’image

Le chef des verts, Mike Schreiner

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

M. Ford, avez-vous parlé à une infirmière récemment?, a rétorqué le chef des verts.

Son parti, de même que les libéraux et les néo-démocrates demandent l’annulation de la loi qui limite les hausses de salaire dans le secteur public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !