•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec appuie l’expansion de la Coopérative de Cap Dauphin

Chargement de l’image

Plus de cinq millions de dollars ont déjà été décaissés pour mener à bien le projet d'expansion de 8,79 millions de dollars (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Chargement de l’image

Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, était de passage aux Îles-de-la-Madeleine lundi pour annoncer un prêt de 3,1 millions de dollars à la Coopérative des pêcheurs de Cap Dauphin.

L'aide financière permet de soutenir le projet d'expansion de l'usine de transformation de Grosse-Île dont la facture pourrait s'élever à 8,79 millions si toutes les phases sont réalisées.

Dans les derniers mois, la Coopérative a procédé à la première étape du projet de développement en construisant deux nouveaux viviers pour les homards munis d'un système d'oxygénation.

À terme, ces nouvelles installations et l'ajout d'un système de douches pour arroser les homards à l'extérieur des viviers permettront de doubler la capacité de contention des homards vivants de l'usine de transformation. Elle passera de 600 000 livres à 1,2 million de livres.

On a vécu des années records pour les prises de homard, explique la directrice générale de la Coopérative des pêcheurs de Cap Dauphin, Ruth Taker. Ces nouveaux bassins vont nous donner des espaces supplémentaires pour le dégorgement du homard, c'est-à-dire la période de lavage des intestins qui dure entre 48 à 72 heures avant que le homard sorte de l'usine pour sa mise en marché.

« On rentre plus de homards dans l'usine qu'on en sort chaque jour. »

— Une citation de  Ruth Taker, directrice générale de la Coopérative des pêcheurs de Cap Dauphin
Chargement de l’image

La directrice générale de la Coopérative des pêcheurs de Cap Dauphin, Ruth Taker, accompagnée par le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, et le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon

Photo : Mathieu St-Amand

C’est un projet d’économie sociale à portée régionale, affirme le ministre Pierre Fitzgibbon qui a visité l'usine de Grosse-Île, lundi après-midi. La pêche est une industrie importante aux îles de la Madeleine. L’an passé, il y a eu 12 millions de livres de homards pêchés aux Îles alors qu’il y a 10-15 ans il y en avait 5 millions.

« Il y a une croissance des quantités de homards pêchés, donc conséquemment les infrastructures à terre doivent s’adapter. »

— Une citation de  Pierre Fitzgibbon, le ministre de l’Économie et de l’Innovation

Pour l'instant, un seul de ces nouveaux bassins est en marche. Le raccordement électrique du deuxième bassin sera fait après la saison de pêche.

Chargement de l’image

La Coopérative des pêcheurs de Cap Dauphin regroupe 103 pêcheurs de Grosse-Île, Grande-Entrée et Pointe-aux-Loups (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Une 2e phase d'expansion conditionnelle

La mise en place d’une salle de triage automatisée et d'une chambre froide est aussi envisagée dans le but d'exporter du homard classé par poids, mais la réalisation de cette deuxième phase d'expansion est toutefois conditionnelle au prolongement de la piste de l'aéroport des Îles-de-la-Madeleine.

Chargement de l’image

La Coopérative des pêcheurs de Cap Dauphin souhaite se doter d'une trieuse automatique de homard (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Ça nous permettrait de vendre du homard classé, explique Mme Taker. On voudrait envoyer le homard à Toronto ou à Vancouver, mais actuellement on ne pas peut le faire parce que la piste d'atterrissage est trop courte pour les gros avions qui transportent de la marchandise.

Des espaces destinés à l'aménagement d'une future salle de tri automatique et d'une chambre froide ont été bâtis, mais ils sont utilisés à d'autres fins pour l'instant et n'ont pas encore d'équipements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !