•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Polyplast agrandit ses installations pour s’attaquer à de nouveaux marchés

Chargement de l’image

Cynthia Lavigne, copropriétaire et directrice de la production, et Michaël Lavoie, président, ont fait visiter les nouvelles installations de Polyplast à la députée Suzanne Blais et aux médias.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Chargement de l’image

Québec s’implique dans l’agrandissement de l’usine et l’ajout d’équipements qui permettront à Polyplast d’Amos de s’attaquer à de nouveaux marchés.

Le gouvernement et Investissement Québec ont accordé des prêts totalisant 475 000 dollars à l’entreprise qui conçoit et produit des pièces en polyuréthane. Développement économique Canada avait déjà confirmé l’an dernier une contribution remboursable de 350 000 $ au projet de 1,05 million de dollars.

L’annonce a été faite sur place lundi par la députée d’Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, au nom de la ministre déléguée à l’Économie, Lucie Lecours. La députée Suzanne Blais a été impressionnée par sa visite des installations.

Chargement de l’image

La députée d'Abitibi-Ouest Suzanne Blais et les copropriétaires Cynthia Lavigne et Michaël Lavoie posent avec des produits en polyuréthane conçus par Polyplast.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

C’est impressionnant de voir le cheminement de cette belle entreprise qui a débuté en 1998. Lorsqu’on parle de Polyplast, on ne sait pas exactement, on pense plastique, mais de voir qu’on part de la matière brute et qu’on fait la pièce, c’est surprenant. C’est quelque chose de voir ce travail-là qui se fait en région et surtout, que leur clientèle sont les forestières et les minières, fait-elle valoir.

Ce type d’aide gouvernementale est indispensable pour une entreprise comme Polyplast, selon son président Michaël Lavoie.

On ne va pas se le cacher, ça nous donne un sérieux de coup de main. Ce sont des prêts qui sont vraiment très avantageux pour une compagnie comme la nôtre. Ça nous permet de garder une partie de nos liquidités pour les activités qui s’en viennent, fait-il valoir.

Chargement de l’image

L'usine Polyplast à Amos.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

De nouveaux marchés

Cet investissement permet à l’entreprise de développer de nouveaux produits, d’acheter des équipements qui l’aideront à être plus productive et plus sécuritaire pour ses employés. En faisant plus que doubler sa superficie, l’agrandissement lui donnera accès à de nouveaux marchés.

Le grand but de l’agrandissement, c’était d’aller vers des pièces à grand format. On avait beaucoup de demandes des mines du nord. Elles nous demandaient des pièces vraiment de grande dimension et on n’avait pas les capacités de les faire, pas les fours, pas la place. Là, présentement, avec ce qu’on s’est donné comme outils, c’est là-dedans qu’on va aller. On veut faire un mélange de ce dans quoi est déjà bon au niveau des mines d’or, au niveau de ce qu’on fait déjà, et aller vers les mines de fer aussi prochainement, affirme Michaël Lavoie.

Polyplast fait travailler 12 personnes à Amos.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !