•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tournoi pee-wee de Québec crée une division féminine

Chargement de l’image

L'équipe étoile féminine dirigée par Caroline Ouellette continuera de compétitionner contre les garçons, dans le BB, mais une division entièrement féminine sera également créée au Tournoi pee-wee de Québec.

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

À peine le rideau est-il tombé sur la 62e présentation du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec que déjà l’organisation se tourne vers 2023. Une année historique pour la célèbre compétition, puisqu’une division entièrement féminine sera créée.

On est rendu là. Je pense qu’il faut arrêter de célébrer les filles une fois tous les quatre ans quand elles gagnent une médaille d’or aux Olympiques, a déclaré le directeur général du tournoi, Patrick Dom, lundi, au lendemain de 15 jours de compétition effrénée au Centre Vidéotron.

La venue des médaillées d’or olympiques Marie-Philip Poulin, Ann-Renée Desbiens et Mélodie Daoust, samedi, pour signer des autographes, était donc une prémisse pour l’annonce que Dom et son équipe avaient prévue depuis un moment.

Chargement de l’image

Originaire de La Malbaie, Ann-Renée Desbiens était heureuse de poser avec les partisans, samedi après-midi, au Tournoi pee-wee de Québec.

Photo : Jonathan Roy

On est content. On a toujours dit que le tournoi est un tremplin pour différentes choses. Là, on veut être un tremplin pour le hockey féminin, a expliqué le DG, précisant que la catégorie A, ajoutée cette année, passera quant à elle dans le tordeur.

C’est sûr que ça va donner un coup de main au hockey féminin, mais on le fait parce les ligues féminines ont fait le travail qu’elles devaient faire. Nous autres, on vient juste donner une petite poussée, estime pour sa part le président du tournoi, Michel Plante.

La fin de la division scolaire?

C’est que la demande pour une catégorie féminine était claire depuis quelques années et pas seulement dans la province. Déjà, on sait que l’an prochain on va avoir une équipe de France, une équipe de Suisse, des équipes des États-Unis, du Québec et du reste du Canada. On va commencer avec une division féminine à 12 équipes, mais il y aurait facilement de la demande pour en faire une de 24, relate Patrick Dom.

L’aspect international de la nouvelle catégorie était d’ailleurs non négociable. C’est que la division scolaire créée il y a quelques années peine quant à elle à attirer des équipes hors Québec. Tellement qu’on songe désormais à l’éliminer.

Ça fait des années qu’on dit au RSEQ que ça prend des équipes de l’extérieur. Le tournoi a une saveur internationale et, depuis 5-6 ans, c’est toujours les deux mêmes équipes de l’extérieur qui sont là, justifie le directeur général.

Chargement de l’image

Victorieux dimanche, les Commandeurs du collège de Lévis pourraient être les derniers champions de la division scolaire.

Photo : Jonathan Roy

Reste que le hockey scolaire a la cote au Québec. Dans le contexte, l’organisation du tournoi se questionne toujours sur la manière de procéder l’an prochain. On ne sait pas encore ce qu’on va faire. Est-ce qu’ils pourraient jouer au pavillon de la Jeunesse avec une finale au Centre Vidéotron? On va se pencher là-dessus, détaille Patrick Dom.

Mission accomplie pour 2022

Le directeur général et son équipe ne prendront d’ailleurs pas de vacances dans les prochaines semaines. Le tournoi retrouvera ses dates habituelles l’hiver prochain, c’est donc dire que l’organisation a 268 jours devant elle.

On a livré la marchandise parce que les jeunes ont pu jouer, mais un tournoi à 30 °C dehors, on ne fera plus jamais ça, a lancé d’emblée Michel Plante, lundi. La température chaude a eu un effet sur les foules au Centre Vidéotron. Quelque 139 000 spectateurs ont assisté à la 62e édition du Tournoi, soit 70 000 de moins qu’en 2020.

Mais après avoir sauvé le tournoi in extremis en 2022 après deux ans d’embûches, l’organisation a tout de même dressé un bilan fort positif des deux dernières semaines. D'autant plus que seulement quatre cas de COVID-19, chez des bénévoles, ont été répertoriés parmi tous les participants.

C'était un tournoi pour les joueurs et les parents, et juste d'avoir réussi à le tenir en fait un succès. C’est un tournoi qui est fait pour être en février, mais on n’a pas dénaturé l’événement, s’est réjoui Patrick Dom.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !